Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avelofodelo

  • : Avelofodelo
  • : Le voyage autour du monde d'une famille, en tandems.
  • Contact

Léa et Tim

 Enfants_2.jpg

"Sans voiture, l'aventure"
Articles de Léa et Tim
et échanges avec leurs classes.

° Blogue de Léa. Ici
° Blogue de Tim. Ici.

Archives

Articles de presse.

Fonctionnement du blogue

Communiquer avec nous.
Les pages du blogue.

Contact technicien du blogue.

 

Heure actuelle à

   °  Bangkok (Thaïlande)

  °  Les Mollettes (Savoie)

Adresse du blogue 

http://www.avelofodelo.com

 

°  Visiteurs depuis le 20 juin 2010.

    

 

Bienvenue

                 ACCUEIL-AVELOFODELO.R-jpg

 

        °  Nos étapes

Amérique latine, Nouvelle Zélande, Australie, Nouvelle Calédonie, Indonésie, Thaïlande, Suisse et France.   

 

       °   Si vous souhaitez nous soutenir                             

.  Mail.

Vous nous envoyez un message par Mail. Cliquez sur "Contact" en haut et à gauche du blogue Rubrique "Présentation". Message personnel non publié sur ce blogue.

. Commentaire.

Vous pouvez également nous dire un petit bonjour en écrivant un "Commentaire" (cliquez sur ce mot). Message public qui sera visible sur cette page du blogue, par tous les visiteurs. Page uniquement consacrée aux commentaires.

Si vous souhaitez plus spécialement réagir à la suite d'un Article, vous avez également une rubrique "Commentaires" à la fin de chaque article. Commentaire qui sera visible par les internautes à la suite de cet article.

. Newsletter.

Inscrire votre adresse Mail à la "Newsletter" (Menu à gauche) afin d'être informé(e) dès qu'un nouvel article paraît sur ce blogue. N'oubliez pas de cocher la case " Articles" lors de votre inscription, sinon vous ne recevrez pas de message vous annonçant la parution d'un nouvel article.

Merci de tous vos gestes de soutien.

 

            °   Mode d'emploi

Lunettes_frontales.jpg

  Photo : Lunettes frontales.

- Fonctionnement des pages du blogue.
Si un article ou un dossier dans le menu de la colonne de gauche, vous intéresse. Vous cliquez sur le nom de ce document. Un second menu, ou le document lui-même, s'ouvrira, alors, dans la colonne droite du blogue.
Si vous rencontrez une difficulté dans le fonctionnement de ce blogue, mettez un message, par mail, au Technicien de surface. Ne l'envoyez pas aux voyageurs.

 

Blogues de Léa et Tim.

Léa et Tim écrivent leurs articles et les publient sur leurs blogues personnels.

Cliquez ici pour les découvrir.

° Blogue de Léa.

° Blogue de Tim.

 

- Articles de Anne-Claire et Marc.
En bas de cette page d'accueil ne sera publié, en permanence, que le dernier article de Anne-Claire et Marc.  Le plus récent. Pour voir l'ensemble des autres articles, dirigez-vous, dans la colonne de gauche sur "Articles récents". Puis cliquez sur "Liste complète". Vous pouvez également prendre connaissance des articles, un par un, par ordre de parution, en cliquant sur les numéros mauves ci dessous.

Bonne lecture.

Fête de retour aux Mollettes

Fête du retour, le 26 juin 2011 aux Mollettes (Savoie)

Fete-aux-Mollettes.Photo_A.Bernes.R.JPG

Photo Agnès Bernès, Le Dauphiné libéré.

30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 05:02

Sur les traces des vigognes

 

Dimanche 18/07 : Nazca – La montagne, 31 kms

 

Après un petit déjeuner particulièrement copieux mijoté par Fernando, nous voici partis comme d’hab. bien tard, le temps de dire les adieux à tout l’hôtel et d’acheter du pain.

Il est 11h00 lorsque nous sortons de la ville de Nazca, animée ce jour là par une fête locale tout en musique.

Un faux plat grimpant de fond de vallée nous permet de nous échauffer et nous percevons très vite la chaleur, dont Marc et Léa ne tardent pas à souffrir.

 Souffrance

 

7 kilomètres plus loin, la route se cabre sous nos roues ; nous tentons en vain de la dompter mais il faut nous faire à cette réalité. Pour nous motiver, nous dégageons les points positifs du moment : peu de circulation, comparé à celle de la Panaméricaine, ce qui rend le parcours calme et agréable, l’air est pur. Le bitume est d’excellente qualité, une petite brise nous souffle dans le dos, le Pérou en quelque sorte !

Toutefois, les enfants commencent à se plaindre.

 

Dur, dur les yeux bandés

 

Grâce à notre formation acquise auprès de nos amis cyclotouristes Jean-Yves, Guy, Corinne, Jean-Louis, Gigi, Christophe, Zouzou, nous mettons en place des techniques de grimpe redoutables et efficaces. Nous optons pour une stratégie alternant pour Léa et Tim 1km de marche, enfin de jeu dans le caniveau, avec 1 km sur le vélo et ça marche.

 

1 km à pied, ça use...

 

Nous progressons lentement mais sûrement et en chansons.

 

Afin d’éviter de porter trop lourd en eau, nous formons les enfants à quémander de l’eau aux automobilistes et camionneurs qui nous doublent et nous obtenons ce qu’il nous faut, voire plus. Les gens sont vraiment sympas et semblent heureux de participer à notre confort, par leur générosité. D’autres nous proposent des fruits, ou autres denrées qui font le bonheur des enfants et le notre.

L’heure tourne et nous sommes contraints de s’arrêter de pédaler pour installer notre premier campement, à l’écart de la route, à 1600 mètres d’altitude.

 

Campement à 1600 m

 

Etait-ce une décharge ou un dévidoir de WC ? Seule une étude balistique pourrait déterminer l’usage de ce lieu. Quoiqu’il en soit, les premières traces nous mettent dans l’impatience de rencontrer les vigognes.

 

Sur les traces des vigognes 1

 

Léa et Tim sans doute pas assez fatigués, se dépensent en jouant au foot avec un beau gros caillou rond en guise de ballon, inventent la course des 200 secondes, le lancer de boulet.

 

Travaux forcésTravaus forcés 1

 

Le coucher de soleil nous émerveille, le ciel étoilé est d’une pureté pure.

 

Ouhaouh

 

Lundi 19/07 : La cordillère – LaCordillère, 33 kms

 

Après une nuit correcte, nous partons à 8h30, ce qui est un exploit. Nous continuons notre stratégie, alternant marche à pied et pédalage pour les enfants.

Les employés de la route se soucient de notre sécurité en nous donnant des conseils (attention aux camions dans les virages, à leur vitesse etc, nous donnent de l’eau.. Nous traversons le village de Huallhua et pique niquons à un km au dessous d’un resto, c’est ballo. 

 

Ca fait pas rire

 

Nous montons bien, les enfants sont courageux, mais ce jour là l’objectif fixé est trop ambitieux. Pas de coin pour dormir, il nous faut encore avancer mais la fatigue est là, et la nuit arrive. Nous sommes contraints d’installer notre campement en bordure de route, entre ravin et barrière de sécurité.

 

Ca recoiffe

 

Inutile de préciser que nous passons une très mauvaise nuit et que ce ne sont pas les pâtes qui nous ont redonné du peps car le réchaud ne fonctionne plus. Nous faisons appel aux personnes qui connaissent ce matos car le réchaud MSR ne fonctionne plus.

 

Mardi 20/07 : La Cordillère – Réserve de Pampa Galeras, 30 kms

 

La journée de la veille a été harassante, et la nuit pas reposante. C’est donc sur ces bases là que nous reprenons la route. Point positif, le réveil est facile puisque nous ne dormons pas et le départ à 7h30 est un record. Après un petit dej. sobre mais avec une petite boite de lait dont Léa et Tim se régalent, nous découvrons que nous nous sommes trompés dans nos calculs et qu’il nous reste en fait que 29 kms (au lieu de 39) avant d’atteindre la réserve de Pampa Galeras. Toutefois c’est dur, dur, dur. L’altitude se rajoute à la fatigue, chaque kilomètre est une épreuve.

 

Terrassement

 

Malgré le soleil rayonnant, il commence à faire froid. Nous pique niquons à 3600m et débouchons sur la pampa en début d’après-midi et croisons les premières vigognes, ce qui nous décentre de notre difficulté et nous ravit.

 

1ere vigogne...Sur les traces des vigognes 2

 

Sur les traces des vigognes 4

 

Un petit vent dans le dos et quelques centaines de mètres de plat nous permet d’arriver au musée de la réserve vers 15h00. Notre Timou a le mal des montagnes, maux de tête et vomissements.

 

1ere momie

 

Nous sommes accueillis chaleureusement malgré le froid par le personnel travaillant pour la réserve. Du maté de coca, et un dortoir nous sont offerts. Nous préparons un remède homéopathique.

 

Dortoir du musée de Pampa GalerasCondors

 

Nous prenons le temps de visiter le musée, guidés par une des gardes. Nous découvrons tous les animaux qui vivent sur cette pampa et surtout la vie des vigognes. Elle nous explique la « chaccu », la capture des vigognes pour les tondre afin de récupérer leur fibre

Nous allons manger au resto en face du musée, ce qui représente une première immersion dans le Pérou profond. Nous sommes invités à nous installer à l’unique table de la maison, là où le père de famille s’évertue à couper à grands coups de hachoir mal aiguisé, de scie mal affûtée, un morceau de carcasse de porc. Ca cogne, ça craque et nous sommes un tantinet impressionnés. Léa et Tim se blottissent contre nous et nous tentons de les convaincre, et nous au passage, que tout va bien se passer. Nous ne nous sentons pas spécialement prêts, à cet instant là, pour manger de la viande et optons pour un œuf avec du riz et un maté de coca. C’est plus sûr.

De retour dans le dortoir, la température a déjà atteint les 6°C, et nous nous glissons dans nos sacs à viande en thermolite et nos duvets, avec cagoule et gants de soie.

 

Mercredi 21/07 : Réserve de Pampa Galeras – Puquio, 70 kms.

 

Les enfants dorment bien, Tim se réveille en disant « j’me sens mieux ».Ouf ! Plus de maux de tête. Il fait 7°C. Sortir des duvets est inconfortable, enfiler nos habits tout froids l’est tout autant. Nous allons prendre un petit déj. dans la famille péruvienne de l’autre côté de la route.

 

Resto du musée de Pampa Galeras

 

Beaucoup d’hommes arrivent de part et d’autre, soit pour manger, soit pour acheter des provisions avant de partir participer à la « chaccu ». Ca va, ça vient et nous sommes là au milieu en train de manger une soupe pour nous et riz, œuf pour les enfants, avec le maté de coca pour supporter l’altitude.

Mais qu’est ce que la « chaccu » ? Nous comprenons que c’est une technique de capture des vigognes afin de les tondre, puis elles sont relâchées. Cela dure de mai à octobre et il faut une trentaine d’hommes chaque jour. La laine des vigognes est ensuite vendue et rapporte son pesant d’or à la communauté.

 

357eme vigogne

 

Départ 10h. La route continue de monter lentement, difficilement de part l’altitude et la raréfaction de l’oxygène, les vigognes nous accompagnent, c’est beau. Nous arrivons enfin à la limite de la réserve, donc de la montée à 4153m d’altitude.

 

Sortie de la réserve

 

On est les plus forts

 

Nous sommes émus et bouleversés par ce que nous venons d’accomplir, par ce que nos enfants ont su surmonter et nous les en remercions et félicitons vivement.

 

La descente est très agréable, elle nous procure cet immense sentiment de liberté, de fierté et de plaisir.

 

A nous la descente

 

Fini la pampa, nous découvrons un paysage alpestre. Plus on descend, plus la végétation est diversifiée (conifères, eucalyptus, herbe), d’autres animaux paissent de part et d’autre de la route (ânes, cochons, vaches, moutons, brebis, chèvres, alpagas, papillons).

 

Alpagas

 

 En fond de vallée, à 3200m, nous pique niquons dans un endroit bucolique au bord de la rivière, ce qui nous procure à tous les 4 un moment de détente fort apprécié.

Mais ne nous endormons pas, la journée n’est pas finie et nous voulons arriver à Puquio ce soir. Nous sommes de nouveau confrontés à une montée interminable vu ce que nous avons déjà dans les jambes. Nous traversons Lucanas sans nous y arrêter, nous nous accrochons pour les 19 kms suivants et abordons la descente salvatrice qui nous conduit à Puquio.

 

Puquio vue d'en haut

 

La traversée du village est royale, les habitants nous encouragent et nous accompagnent jusqu’à l’hôtel Sarita, où nous trouvons un repos bien mérité, après un pollo con papas fritas.

 

Jeudi 22/07: Repos.

Grasse matinée.

Pour la lessive, une péruvienne nous propose de nous la faire. Nous partageons la tâche ensemble et lui offrons quelques soles qu’elle apprécie les yeux brillants.

Nous prenons un petit déjeuner au restaurant « La Estancia » tenu par un couple âgé et chaleureux.

 

 Repos à PuquioP'tit déj. 1

 

Le cadre est apaisant, familial, propre et fleuri, ce qui contribue à notre bien-être. Salomon nous présente un guide touristique qui nous donne des indications indispensables sur les dénivelés à venir.

 

Dénivelé

 

Déambulation dans la ville, achat d’un bonnet en laine pour chacun, courses pour 3 jours de route.

 

La vie à Puquio 4Fruits

 

De retour à l’hôtel, nous avons la surprise de voir arriver Nicole et Heinz, 2 valeureux suisse allemands cyclopèdes, harassés par leurs efforts de la journée. Ils font le même trajet que nous, jusqu’à Cusco mais prévoient de se reposer trois jours avant de repartir.

 

Nicole et Heinz, cyclistes

 

Nous décidons de partager notre repas du soir afin de nous raconter nos aventures, en français, en allemand, en anglais et en espagnol. En attendant ils vont se reposer et nous, visionner un film, tous les 4, dans la chambre. Merci Philippe et Pascal pour la provision de films mise sur notre net book.

Après la soirée avec Nicole et Heinz, nous bouclons les sacoches pour partir le lendemain pour un nouveau périple en montagne, qui nous conduira, en 314 kms, à Abancay.

 

Gauche ou droite...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Axel PAYAN 13/11/2010 11:41



Coucou,


C'est nous, Axel et Loris ! J'espère que vous vous amusez bien ! Et bien j'espère que Tim va gagner son tournoi de lancer de boulet ! Alors, vous êtes en Argentine ? Vous allez partir où la
prochaine fois ? Ca doit être bien de faire le tour du monde ! Si vous allez en Afrique du sud mettez le chapeau !! Je me demande bien ce que vous mangez ! Ca doit être bizarre ! Et très bon
aussi ! Gros bisous,


Axel et Loris



catherine bourjaillat 13/08/2010 16:23



hello ,


je suis ton périple  confortablement assise  ,et franchement je vous admire !!votre blog est sensationnel ,vous êtes sensationnels .Enrichissez vous bien ,continuez comme ça .bises à
tous les quatre même si tu es la seule à me connaître Anne Claire .


cath



dalila 09/08/2010 01:50



le recit est magnifique et les photos sublimes


a travers le blog on ressent bien que vous vivez pleinement votre aventure


meme si c'est pas tous les jours facile


encore une fois bon courage à vous 4.


Ilyès et Dalila



Marie 06/08/2010 18:19



Je refais le chemin à l'envers afin de vous suivre ensuite régulièrement. Je vous redis comme je suis impréssionnée mais aussi fascinée par vos rencontres humaines et géographiques. Je trouve Tim
et Léa formidables et vraiment courageux. Bravo à vous 2, Anne Claire et Marc. A très bientôt de vous suivre et de vous lire.
Bravo ! bravo ! pour la quaité des messages, des photos et globalement du blog !!


Marie



maman donzel 31/07/2010 17:15



Tim se prépare pour le championnat du lancer de boulets, il a la position idéale, bien en ligne.


Léa et Tim, c'est bien d'encourager les parents. Bises de Pépé et Mamie