Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avelofodelo

  • : Avelofodelo
  • : Le voyage autour du monde d'une famille, en tandems.
  • Contact

Léa et Tim

 Enfants_2.jpg

"Sans voiture, l'aventure"
Articles de Léa et Tim
et échanges avec leurs classes.

° Blogue de Léa. Ici
° Blogue de Tim. Ici.

Archives

Articles de presse.

Fonctionnement du blogue

Communiquer avec nous.
Les pages du blogue.

Contact technicien du blogue.

 

Heure actuelle à

   °  Bangkok (Thaïlande)

  °  Les Mollettes (Savoie)

Adresse du blogue 

http://www.avelofodelo.com

 

°  Visiteurs depuis le 20 juin 2010.

    

 

Bienvenue

                 ACCUEIL-AVELOFODELO.R-jpg

 

        °  Nos étapes

Amérique latine, Nouvelle Zélande, Australie, Nouvelle Calédonie, Indonésie, Thaïlande, Suisse et France.   

 

       °   Si vous souhaitez nous soutenir                             

.  Mail.

Vous nous envoyez un message par Mail. Cliquez sur "Contact" en haut et à gauche du blogue Rubrique "Présentation". Message personnel non publié sur ce blogue.

. Commentaire.

Vous pouvez également nous dire un petit bonjour en écrivant un "Commentaire" (cliquez sur ce mot). Message public qui sera visible sur cette page du blogue, par tous les visiteurs. Page uniquement consacrée aux commentaires.

Si vous souhaitez plus spécialement réagir à la suite d'un Article, vous avez également une rubrique "Commentaires" à la fin de chaque article. Commentaire qui sera visible par les internautes à la suite de cet article.

. Newsletter.

Inscrire votre adresse Mail à la "Newsletter" (Menu à gauche) afin d'être informé(e) dès qu'un nouvel article paraît sur ce blogue. N'oubliez pas de cocher la case " Articles" lors de votre inscription, sinon vous ne recevrez pas de message vous annonçant la parution d'un nouvel article.

Merci de tous vos gestes de soutien.

 

            °   Mode d'emploi

Lunettes_frontales.jpg

  Photo : Lunettes frontales.

- Fonctionnement des pages du blogue.
Si un article ou un dossier dans le menu de la colonne de gauche, vous intéresse. Vous cliquez sur le nom de ce document. Un second menu, ou le document lui-même, s'ouvrira, alors, dans la colonne droite du blogue.
Si vous rencontrez une difficulté dans le fonctionnement de ce blogue, mettez un message, par mail, au Technicien de surface. Ne l'envoyez pas aux voyageurs.

 

Blogues de Léa et Tim.

Léa et Tim écrivent leurs articles et les publient sur leurs blogues personnels.

Cliquez ici pour les découvrir.

° Blogue de Léa.

° Blogue de Tim.

 

- Articles de Anne-Claire et Marc.
En bas de cette page d'accueil ne sera publié, en permanence, que le dernier article de Anne-Claire et Marc.  Le plus récent. Pour voir l'ensemble des autres articles, dirigez-vous, dans la colonne de gauche sur "Articles récents". Puis cliquez sur "Liste complète". Vous pouvez également prendre connaissance des articles, un par un, par ordre de parution, en cliquant sur les numéros mauves ci dessous.

Bonne lecture.

Fête de retour aux Mollettes

Fête du retour, le 26 juin 2011 aux Mollettes (Savoie)

Fete-aux-Mollettes.Photo_A.Bernes.R.JPG

Photo Agnès Bernès, Le Dauphiné libéré.

7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 00:45

Les îles Uros, Amantani et Taquile

 

Lundi 23/08 et mardi 24/08

 

Les îles Uros

 

7 heures du matin, branle-bas de combat. Petit déjeuner copieux, rassemblement, transport en minibus en récupérant une brochette de touristes, environ 30 personnes, embarquement sur un petit bateau… et nous voici partis pour une heure de navigation jusqu’aux îles Uros.

 

Les îles Uros 001

 

Nous accostons sur Santa Maria, une des 45 îles Uros sur lesquelles vivent environ 1300 personnes. Sur une quinzaine d’entre elles, femmes en enfants accueillent à tour de rôle les touristes. Les hommes partent à Puno chaque jour pour travailler.

 

Les îles Uros 034

 

L’accueil est bien organisé. Assis sur un rondin de roseaux, nous écoutons studieusement l’exposé du guide, assisté de quelques autochtones.

 

Les îles Uros 028

 

La communauté vit sur une épaisse couche compacte composée de roseaux flottants et appelée « la totora ». Celle-ci mesure environ trois mètres d’épaisseur avec une base immergée formée de racines emmêlées ressemblant à de la terre, la dernière couche étant renouvelée tous les 3 à 4 mois. Sous l’île, la profondeur du lac est de 17 mètres, et regorge de truites dégustées dans les restaurants de Puno et des îles.

 

Mais les habitants chassent aussi les canards, qu’ils font sécher durant des mois.

 

Les îles Uros 049

 

Plus il est sec, meilleur est la viande, craquante sous la dent….hum, mais nous n’aurons pas le bonheur d’en déguster. Les végétariens, quant à eux, croquent le cœur de roseau, les mâchouillent pour en retirer une substance juteuse et goûteuse.

 

Le roseau occupe une place très importante dans la vis des Uros, puisqu’il sert à fabriquer les maisonnettes, les barques, les meubles, les ustensiles de cuisine et particulièrement les casseroles.

 

Les îles Uros 057

 

Nous n’avons pas d’information concernant la fabrication des enfants. Quant à la contraception, les préservatifs en roseau ne semblent pas d’une très grande efficacité.

 

Léa et Tim, n’ayant pas été très sages, sont embarqués sur une galère...

 

 Les îles Uros 046 Les îles Uros 061

 

...sans leurs parents et envoyés au bagne sur une autre île. Moyennant quelques soles, nous les récupérons et repartons sur notre bateau pour l’île d’Amantani.

 

L’île Amantani

 

Trois heures durant, Tim et Léa se lient d’amitié avec le guide Ernando. Ils jouent aux cartes, bavardent en franco espagnol font leur vie. Tim, le « pequeno amigo » devient la mascotte du bateau.

 

L'île de Taquile 007

 

Dégagés de notre vigilance permanente, nous pouvons prendre le temps de ne rien faire. Ouahahahaha ! Que ça fait du bien. Nous partageons nos expériences avec Céline, Brice et Olga, mais aussi avec un couple de belges flamand, rose car socialiste, en refus d’indépendance, avec un jeune photographe grec au profil solitaire, ravi de se trouver dans les Cyclades péruviennes et nous, de le saluer d’un « calimero ».

 

Nous 7 sommes débarqués au premier petit port d’Amantani, alors que le reste du groupe poursuit son chemin vers un autre rivage de l’île.

 

L'île d'Amantani 011

 

Après une demi heure de marche au cours de laquelle Tim traîne la patte car il se sent malade, nous sommes accueillis par Victoria, la mère d’Olga, dans sa maison fleurie.

 

L'île d'Amantani 016

 

C’est déjà l’heure du repas. Une bonne soupe de légumes mijote dans la cuisine, une trucha frétille dans la poêle et un maté de monia fumate dans les tasses. Quelle n’est pas notre surprise de manger dans des assiettes en céramique de Pucara… peut-être celles faites par Lucho.

Après l’effort de la mastication, sieste, détente, photos, jeu de cartes.

 

Nous apprécions énormément la compagnie de Céline et de Brice, qui nous font part de leurs activités de jeunes professionnels en Haute Savoie.

 

L'île d'Amantani 017

 

Céline exerce comme orthophoniste en libéral, alors que Brice arpente les forets du Semnoz, dans le cadre de son nouveau poste à l’ONF. Nous sommes toutefois déçus qu’il ne puisse pas nous donner quelques coins à champignons. Nous l’incitons à se reprendre et à se mettre en recherche s’il veut remonter dans notre estime.

 

Nous accompagnons Victoria au puits chercher de l’eau. Petit débriefing autour de Victoria et d’Olga, selon une méthodologie qui n’a rien à voir avec celle des groupes Schneider ou Bouygues.

 

L'île d'Amantani 043  L'île d'Amantani 044

 

Vers 16h30, nous partons pour une marche d’une heure et gravissons le point culminant de l’île à plus de 4100m, ou subsistent les ruines du temple consacré à la Pachamama, divinité de la Terre.

Tim a repris du poil de la bête et Léa grimpe comme un cabri. Nous dominons l’île d’où nous avons une vue splendide sur le lac Titicaca.

 

L'île d'Amantani 055

 

Le ciel est couvert, ce qui nous prive d’un beau coucher de soleil. Dommage. Nous restons cependant à contempler ces merveilles de la nature.

 

L'île d'Amantani 072

 

Retour de nuit au clair de lune. C’est féerique !

 

Pendant ce temps, Victoria nous a concocté une autre soupe, suivie d’une compote de légumes et d’un mate de coca, que nous savourons à la bougie.

 

Les habitants de l’île sont végétariens par nécessité. Ils ne tuent pas leurs animaux pour les manger, et cultivent les parcelles de terre par rotation. Ils sont organisés en 9 communautés, réparties sur l’île et partagent les ressources. Ils ont conservé des codes et des traditions. Par exemple, la couleur des jupes des femmes détermine l’appartenance à l’une des 9 communautés.

 

L'île d'Amantani 085

 

Au petit matin, après notre réveil, alors que nous nous attendons à manger la traditionnelle soupe, les enfants sont fous de joie de sentir et déguster les panqueque (grosses crêpes). Victoria vit seule et garderait bien Tim avec elle. Mais comme il est réfractaire, (pas de parents, pas de sœur à embêter, pas de TV, pas de DS, pas d’eau courante, pas de lumière, pas de beurre sur les tartines), elle l’encourage à bien grandir aux côtés de sa famille et à revenir quand il sera plus grand. Tim est bien embarrassé avec cette proposition, dont il ne sait pas quoi faire.

Peut-être un jour reviendra-t-il ?

 

L'île d'Amantani 091

 

L’île Taquile

 

Nous retrouvons le reste du groupe et après une nouvelle heure de bateau, nous accostons sur l’île de Taquile. Nous découvrons un décor semblable à celui de la Grèce et de la Croatie. Déjà, nous devons arpenter le chemin de pierres et sable, longeons des petites maisons construites dans des champs en pente, où paissent des troupeaux de moutons, passons sous les eucalyptus aux senteurs odorantes et atteignons l’unique village de l’île où vivent 6 communautés.

 

L'île de Taquile 010

 

Tout comme Amantani, les habitants de l’île vivent de façon communautaire, la répartition des cultures et récoltes y est faite selon les besoins de chacun. On cultive essentiellement des haricots, des patates, du maïs souvent sur des terrasses étagées, retenues par des muretins de pierres rouges.

 

A Taquile le vêtement en dit long sur le statut matrimonial. Les hommes tricotent leur bonnet de laine aux couleurs diversifiées. Selon s’ils sont célibataires ou mariés. Les femmes tricotent la ceinture et le sac qu’elles remettront à leur futur conjoint. Ce sac leur sert à transporter les feuilles de coca, qu’ils échangent pour toutes leurs transactions.

 

Le repas à la terrasse d’un restaurant face au lac est un pur délice.

 

L'île de Taquile 042

 

Qu’il est bon de se faire du bien. Tim retrouve un peu d’appétit et apprécie une trucha papas frita.

 

L'île de Taquile 050

 

540 marches plus bas nous retrouvons notre embarcation et repartons pour 3 heures de navigation.

 

Cette fois ci, nous rencontrons David, américain, photographe, routard, amoureux de l’Europe et particulièrement de la France. Avec beaucoup de charme et de profondeur, il nous décrit ses récits de voyage qui nous font rêver. Il est sincèrement émerveillé par notre aventure et touché par la vie de nos enfants à nos côtés. Ses commentaires valorisant et plein de sensibilité nous vont droit au cœur. Sommes-nous en présence de Clint Eastwood sur le pont du bateau après la route de Madison ???

 

L'île de Taquile 054

 

Nous n’oublions pas Jeff et Robyn, un couple new zélandais, enthousiasmés par la perspective que nous traversions leur pays. Nous échangeons nos emails et savons que nous pourrons compter sur leurs conseils.

 

Arrivés à quai, nous nous séparons de notre petit groupe avec une certaine émotion. Bien que nous ayons beaucoup de plaisir à échanger avec les péruviens, nos échanges restent toutefois assez superficiels en raison de notre manque de vocabulaire. Aussi, nous avons beaucoup apprécié de discuter avec des compatriotes et d’autres voyageurs pratiquant bien notre langue.

 

Après une pizza, très appréciée par les adultes, et un verre de Pisco Sour réchauffant les enfants, nous allons rejoindre les bras de Morphée, enchantés par notre virée dans les îles.

Demain, Céline et Brice nous quitteront à leur tour pour poursuivre leur aventure avant de rentrer en Haute-Savoie.

 

Encore une nouvelle séparation qu’il nous faut assumer avant de reprendre nous même la route.

Partager cet article

Repost0

commentaires

FABIEN B THOMAS 19/11/2010 10:07



Salut Lea ça vatu vas biennous on va bienles gens sont gentils avec
toiC 'était bien le musée des dinosores



Fabien et THIBAULT 19/11/2010 09:42



        Salut Léaest ce-que c'est bien le Chiliest ce-


 


qu'il y a des coktail au chili



Chantal Giraud 08/09/2010 17:05



Bonjour à vous 4. Peu de temps après la rentrée, j'ai eu le grand plaisir de lire vos aventures de l'été. J'en suis à la fois émue et enthousiasmée. Les paysages sont extraordinaires et c'est
merveilleux de faire tant de rencontres et d'être si bien accueilli par l'humanité de l'autre bout du monde. Merci de partager vos découvertes de cette belle façon : les photos sont superbes et
les textes bien écrits m'ont permis de vivre un peu de vos aventures héroïques. L'écriture est une bonne façon de goûter chaque instant vécu de cette expérience si particulière. Je suivrai avec
attention vos pérégrinations autour de notre monde et sachez que mes pensées chaleureuses vous accompagnent. Je vous embrasse. Chantal Giraud.



maman donzel 08/09/2010 17:02



Vos commentaires et les photos nous font rêver. Même depuis Moraira, nous ne nous lassons pas de vous lire et de voyager avec vous. Quel bonheur ! d'autant plus que cela nous fait oublier que
vous n'êtes pas près de nous et que nous sommes très heureux pour vous de voir tous ces moments de plein bonheur que vous vivez. MERCI et toutes nos tendresses à vous 4.


 



Ben 08/09/2010 14:16



Bonjour la petite famille.Je découvre avec beaucoup de joie et d'émotion le fameux lac Titicaca.C'est vraiment extraordinaire; une telle beauté, l'organisation des populations, les jupes, et
surtout la façon dont ces îles ont été éllaborées, c'est très ingénieux et de surcrois magnifiquement bien fait.Vos reportages sont de toute beauté, MERCI de nous faire partager votre
aventure.C'est un soulagement de voir vos belles mines de tourdumondistes.ça fait du bien de savoir que vous n'êtes pas tous seuls au bout du monde.Bravo pour vos dons de relations humaines.(Je
n'en doutais pas!!)Léa et Tim, je voudrais vous féliciter pour votre courage dans la galère, vous êtes vraiment les plus forts petits lutins que j'ai jamais vu; je suis tellement fière de vous
deux,( et aussi de vos parents, mais chut, c'est un secret!)Je vous embrasse tendrement tous les 4.Au fait, j'allais oublier, Sucette est arrivée chez nous hier.C'est un tout petit hamster
doré.Nous avons remagnié les cages pour Plume et Caramel pour pouvoir installer Sucette.Elle a une boule en plastique et se promène dans toute la maison; c'est trop mignon!Rustine aimerais lui
faire des léchouilles et Fripon ne lui porte pas de mauvaises intentions!ouf....gros becs tous doux, avec tout mon amour.ben.