Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avelofodelo

  • : Avelofodelo
  • : Le voyage autour du monde d'une famille, en tandems.
  • Contact

Léa et Tim

 Enfants_2.jpg

"Sans voiture, l'aventure"
Articles de Léa et Tim
et échanges avec leurs classes.

° Blogue de Léa. Ici
° Blogue de Tim. Ici.

Archives

Articles de presse.

Fonctionnement du blogue

Communiquer avec nous.
Les pages du blogue.

Contact technicien du blogue.

 

Heure actuelle à

   °  Bangkok (Thaïlande)

  °  Les Mollettes (Savoie)

Adresse du blogue 

http://www.avelofodelo.com

 

°  Visiteurs depuis le 20 juin 2010.

    

 

Bienvenue

                 ACCUEIL-AVELOFODELO.R-jpg

 

        °  Nos étapes

Amérique latine, Nouvelle Zélande, Australie, Nouvelle Calédonie, Indonésie, Thaïlande, Suisse et France.   

 

       °   Si vous souhaitez nous soutenir                             

.  Mail.

Vous nous envoyez un message par Mail. Cliquez sur "Contact" en haut et à gauche du blogue Rubrique "Présentation". Message personnel non publié sur ce blogue.

. Commentaire.

Vous pouvez également nous dire un petit bonjour en écrivant un "Commentaire" (cliquez sur ce mot). Message public qui sera visible sur cette page du blogue, par tous les visiteurs. Page uniquement consacrée aux commentaires.

Si vous souhaitez plus spécialement réagir à la suite d'un Article, vous avez également une rubrique "Commentaires" à la fin de chaque article. Commentaire qui sera visible par les internautes à la suite de cet article.

. Newsletter.

Inscrire votre adresse Mail à la "Newsletter" (Menu à gauche) afin d'être informé(e) dès qu'un nouvel article paraît sur ce blogue. N'oubliez pas de cocher la case " Articles" lors de votre inscription, sinon vous ne recevrez pas de message vous annonçant la parution d'un nouvel article.

Merci de tous vos gestes de soutien.

 

            °   Mode d'emploi

Lunettes_frontales.jpg

  Photo : Lunettes frontales.

- Fonctionnement des pages du blogue.
Si un article ou un dossier dans le menu de la colonne de gauche, vous intéresse. Vous cliquez sur le nom de ce document. Un second menu, ou le document lui-même, s'ouvrira, alors, dans la colonne droite du blogue.
Si vous rencontrez une difficulté dans le fonctionnement de ce blogue, mettez un message, par mail, au Technicien de surface. Ne l'envoyez pas aux voyageurs.

 

Blogues de Léa et Tim.

Léa et Tim écrivent leurs articles et les publient sur leurs blogues personnels.

Cliquez ici pour les découvrir.

° Blogue de Léa.

° Blogue de Tim.

 

- Articles de Anne-Claire et Marc.
En bas de cette page d'accueil ne sera publié, en permanence, que le dernier article de Anne-Claire et Marc.  Le plus récent. Pour voir l'ensemble des autres articles, dirigez-vous, dans la colonne de gauche sur "Articles récents". Puis cliquez sur "Liste complète". Vous pouvez également prendre connaissance des articles, un par un, par ordre de parution, en cliquant sur les numéros mauves ci dessous.

Bonne lecture.

Fête de retour aux Mollettes

Fête du retour, le 26 juin 2011 aux Mollettes (Savoie)

Fete-aux-Mollettes.Photo_A.Bernes.R.JPG

Photo Agnès Bernès, Le Dauphiné libéré.

31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 17:20

De cuzco à Puno

 

Lundi 16/08 : Cuzco – Urcos, 54 kms, 3260 m.

 

A la sortie de Cuzco, nous rencontrons une nouvelle fois Heinz et Nicole, le moral dans les basquets. A leur retour de Machupicchu, Nicole s’est fait agressée dans Cuzco à deux heures du matin, alors qu’ils rentraient à leur hôtel. Avec une violence inouïe, un homme lui a arraché son sac, ce qui l’a projetée à terre, lui luxant l’épaule. Elle a passé deux jours à l’hôpital et en est ressortie encore choquée, avec une atèle et une obligation de repos de trois semaines. Ils doivent retourner à Lima pour refaire le passeport… tout lui a été volé. Leur aventure se poursuivra, mais devra s’adapter.

Nous sommes bouleversés et rappelés à la réalité : vigilance, vigilance, prudence, attention, toujours redoubler d’attention.

Au même moment, nous sommes interpellés par Aurore et Arnaud, des hauts savoyards, partis pour un tour du monde depuis mai 2010. Cela nous fait du bien de rencontrer des compatriotes.

Nous échangeons nos adresses mail et reprenons la route, descendante et vallonnée. C’est agréable et nous avançons à vive allure.

 

De Cuzco à Puno 109

 

Nous longerons la voie ferrée et la rivière jusqu’à Puno.

 

Nous trouvons notre premier campement sur les hauteurs de la route, et les habitudes d’installation : les enfants vont jouer et nous, on bosse, sur fond de musique au village… notes à consonances mauresques, original pour la région, et que nous entendrons jusque tard dans la nuit…

 

1er campement

 

Mardi 17/08 : Urcos – Raqchi, 70 kms, 3500 m.

 

La nuit n’a pas été suffisamment reposante, (nous aurions du aller faire la fête), le réveil est matinal, et l’arrivée du soleil à point pour nous réchauffer.

 

La route, que les Péruviens nous avaient gentiment annoncée plate, monte, et nous peinons au point que nous nous demandons encore comment nous avons pu grimper la Cordillère des Andes.

 

Cahin, caha, nous arrivons à Raqchi, avant la fermeture du site archéologique. Nous demandons à planter notre tente, sur une belle herbe, au pied du temple de Viracocha.

 

Raqchi 4

 

L’environnement est sympa, propre, paisible. Léa et Tim jouent sur un tas de sable et Léa fabrique des desserts en chocolat…appétissants.

Après un apéritif aux chips de camoté et avocat, nous dînons d’une platée de polenta aux œufs, un vrai régal. Vous l’avez compris, le réchaud est réparé et fonctionne à nouveau.

 

Campement à Raqchi Raqchi 48

 

Mercredi 18/08 : Raqchi – Marangani, 47 kms, 3900m.

 

Cocorico, et feliz compleanos à notre Léa qui fête aujourd’hui ses 9 ans.

 

Léa fête ses 9 ans

 

Elle dort encore , lorsqu’au petit matin, nous découvrons le givre sur les parois de la tente, les glaçons dans les gourdes. Impossible de nous extirper de nos duvets, nous attendrons sagement le lever du soleil vers 6h30. Par la suite, branlebas de combat, c’est le dégel !!!!

Il nous faut en un éclair, jaillir des duvets, jeter sacoches, enfants, duvets, matelas hors de la tente afin de les préserver de l’inondation, la température passant de 0°C à 15°C en quelques minutes. Côté positif, nous sommes fins prêts pour la visite du site à 7h30 et savourons le silence qui règne.

 

Raqchi 16 Raqchi 32

 

Du temple inca, il reste le mur central, construit en pierres volcaniques et adobe, aujourd’hui protégé des intempéries par un petit toit.

Il reste les colquas, qui étaient les greniers à provisions, quelques logements, les bains de l’incas avec ses cinq fontaines.

 

Raqchi 44

 

Nous profitons du marché artisanal pour offrir à Léa bracelets et pendentif, les bougies seront soufflées plus tard.

 

Raqchi 52

 

Départ en vélo vers 11h00. Après le pique nique, nous laissons derrière nous les derniers eucalyptus.

 

Tous les 4 sommes en forme, les enfants pédalent, ils auront donc à manger ce soir.

 

En fin d’après midi, nous quittons la route pour s’avancer sur un chemin long et inondé et trouvons enfin un lieu pour la tente, près d’une maison, inhabitée.

 

3ème campement à Marangani 1

 

Il est incroyable de voir le nombre incessant de femmes, hommes, enfants, à pied, en vélo, en moto, à cheval, avec leurs animaux (veaux, vaches, cochons, moutons, brebis, alpagas, chiens), sortir de nulle part pour regagner leurs pénates.

 

Jeudi 19/08 : Marangani – Chuquibambilla, 64kms, 3970m.

 

Dès les premiers coups de pédale, la montée est là. Les équipes se lancent dans ce combat, luttent. La route s’élève et nous aussi. Encore un petit effort pour franchir un col et nous débouchons dans la pampa.

 

De Cuzco à Puno 107

 

Devant nous, le paysage est de toute beauté et aussi véritablement impressionnant. C’est un désert d’herbe jaune, de petits lacs asséchés, région aride et une des plus pauvre du Pérou. Les habitants ne sont pas là, mais au pied des montagnes, pour se protéger, s’il en est, des nuits glaciales.

Là où personne ne reste, sous un soleil encore radieux, nous plantons notre camp et…contemplons le coucher de soleil dans un ciel dégagé de tout nuage.

 

Coucher de soleil sur la pampa 1

 

A la nuit tombée, le ciel étoilé est de toute beauté.

Dans la nuit, la température chute à -5°C et la chambre de la tente est couverte de givre. Il fait très froid. Tim gémit dans son sommeil. Nous le collons entre nous deux, pour tenter de le réchauffer.

 

Vendredi 20/08 : La pampa - Pucara, 55 kms, 3920 m.

 

Vers 5h00, Léa se réveille nauséeuse, et mal au ventre. Le nez dans le sachet plastic, elle attend, et nous avec elle, que le soleil sorte et chauffe. Les duvets sont encore épargnés cette fois ci, bravo Léa.

Emmaillotée comme une momie, elle continue sa nuit, pendant que nous petit déjeunons et laissons sécher la tente.

 

Léa est malade

 

Léa tient avec courage sur le vélo et se trouve plutôt bien à pédaler.

 

Chemin faisant, nous arrivons à Pucara, suffisamment tôt pour visiter le petit musée et ce qu’il reste du site archéologique.

 

Pucara

 

 Les Pucares ont vécu de 1500 ans avant JC à 500 ans après JC. Ils ont développé l’agriculture dans une région aride, si bien qu’après chaque jour de pluie, pour remercier les dieux, ils sacrifiaient un humain, en lui coupant la tête. Ils ont aussi pratiqué l’art de la céramique, (avec les toritos de Pucara, connus dans tout le pays), qui se perpétue aujourd’hui.

Sur les propositions de la gardienne du musée, nous sommes accueillis pour la nuit chez Lucho, potier du village.

 

Lucho au boulot

 

La rencontre est belle. Lucho travaille encore sous nos yeux, ce qui incite Tim a vouloir essayer le tour à pied. D’une motte d’argile, il arrive à faire un tas d’argile…sous l’hilarité de tous.

Léa, essaie aussi, et réussit à faire une assiette.

 

Timou fait des miracles Léa potière

 

Diana, l’aînée, âgée de 16 ans, est aux petits soins avec nous et nous laisse sa chambre pour la nuit. Nous lui offrons le dîner au restaurant, ce qui ravit aussi son père. Nous profitons de sa présence pour discuter et découvrir leur mode de vie.

 

Samedi 21/08 : Pucara – Juliaca, 64 kms, 3830 m.

 

Nous passons une bonne nuit, au chaud, (15°C dans la chambre). Léa et Tim offrent aux enfants quelques uns de leurs jeux et crayons. Rusber, 6 ans et Thailor, 8 ans, aidés des grandes sœurs, Any, 10 ans et Suny, 12 ans, sous les yeux attendris des aînés, Bryan, 14 ans et Diana, 16 ans, se mettent à jouer sur le banc de la cour.

 

Photo de famille avant le départ, et Lucho nous fait promettre de leur envoyer des photos.

 

Famille Ticona Puma 2

 

Nous leur achetons deux toritos de Pucara, et des médaillons de céramique, le soleil et la lune.

Le départ est retardé par un problème technique. Suite à une descente de trottoir, les pédaliers avant et arrière de Fanlabise se retrouvent décalés de 180°: du jamais vu pour nous! Pas de panique, Marco, grâce à sa formation à Véloland, procède à un diagnostic pointu et règle le problème avec dextérité et ingéniosité : du jamais vu pour lui!

 

Pendant 40 kms, la route est tellement mauvaise, pleine de nids de poules, qu’il nous faut freiner dans les montées pour ménager les jantes de Fanlabise et Cassbizou et nos vertèbres... et veiller à ne pas tomber dans un traquenard. 

 

Hold up

 

Les 20 derniers kilomètres, sur une route récemment asphaltée, s’avalent à 30 km/h, du pur bonheur. Nous sommes très motivés pour rejoindre Juliaca et passer la nuit dans un lit douillet.

Nous essayons la pizza, au demeurant excellente, mais Tim et Marc ne l’apprécient que modérément, étant de nouveau dérangés par des maux de ventre.

 

Dimanche 22/08 : Juliaca – Puno, 44 kms, 3827 m

 

Nous nous levons pour le septième et dernier jour de vélo pour arriver à Puno. La route est excellente et nous rattrapons un couple de suisses allemands à vélo, en train de faire une pause. Hasard du destin, Daniela et Ronny connaissent Nicole et Heinz.

 

Daniela et Ronny

 

Nous roulons les derniers kilomètres ensemble et nous nous quittons sur les hauteurs de Puno, après avoir fait quelques photos…du lac Titikaka, que nous découvrons dans toute sa splendeur.

 

Ce sont trois cyclistes de route péruviens (du jamais vu) qui nous guident à l’entrée de la ville et jusqu’à notre hôtel.

 

Cyclistes péruviens

 

Nous sommes accueillis chaleureusement par Issac et Laetitia, qui nous aident à monter les sacoches et notre projet de visite des îles pour le lendemain.

 

Après une « trucha » délicieuse, nous rencontrons Olga, notre accompagnatrice, et faisons la connaissance de Céline et Brice, des hauts savoyards anneciens, avec lesquels nous passerons les deux jours à venir. 

 

Sur les hauteurs de Puno 1

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

maman donzel 08/09/2010 17:14



Je viens de regarder à nouveau cet article et réalise que cela prend vraiment une autre dimension quand il y a des photos. Merci à Guy, l'ordonnateur de tout cela. Je regarde cet article et le
suivant, depuis la bibliothèque de Moraira, et à côté de moi, je retrouve un monsieur belge qui vient tous les jours, et je l'ai "invité" à regarder vos écrits et les photos. Il est enthousiasmé
par ce que vous vivez. Continuez avec courage car cést formidable.



Marielle 01/09/2010 20:21



On pense très fort à vous, merci de nous faire partager ces moments de voyage.


Nous espérons que maux de ventre et autres nausées se soient calmés...


Gros bisous à vous 4


 


Eric Marielle et Loup