Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avelofodelo

  • : Avelofodelo
  • : Le voyage autour du monde d'une famille, en tandems.
  • Contact

Léa et Tim

 Enfants_2.jpg

"Sans voiture, l'aventure"
Articles de Léa et Tim
et échanges avec leurs classes.

° Blogue de Léa. Ici
° Blogue de Tim. Ici.

Archives

Articles de presse.

Fonctionnement du blogue

Communiquer avec nous.
Les pages du blogue.

Contact technicien du blogue.

 

Heure actuelle à

   °  Bangkok (Thaïlande)

  °  Les Mollettes (Savoie)

Adresse du blogue 

http://www.avelofodelo.com

 

°  Visiteurs depuis le 20 juin 2010.

    

 

Bienvenue

                 ACCUEIL-AVELOFODELO.R-jpg

 

        °  Nos étapes

Amérique latine, Nouvelle Zélande, Australie, Nouvelle Calédonie, Indonésie, Thaïlande, Suisse et France.   

 

       °   Si vous souhaitez nous soutenir                             

.  Mail.

Vous nous envoyez un message par Mail. Cliquez sur "Contact" en haut et à gauche du blogue Rubrique "Présentation". Message personnel non publié sur ce blogue.

. Commentaire.

Vous pouvez également nous dire un petit bonjour en écrivant un "Commentaire" (cliquez sur ce mot). Message public qui sera visible sur cette page du blogue, par tous les visiteurs. Page uniquement consacrée aux commentaires.

Si vous souhaitez plus spécialement réagir à la suite d'un Article, vous avez également une rubrique "Commentaires" à la fin de chaque article. Commentaire qui sera visible par les internautes à la suite de cet article.

. Newsletter.

Inscrire votre adresse Mail à la "Newsletter" (Menu à gauche) afin d'être informé(e) dès qu'un nouvel article paraît sur ce blogue. N'oubliez pas de cocher la case " Articles" lors de votre inscription, sinon vous ne recevrez pas de message vous annonçant la parution d'un nouvel article.

Merci de tous vos gestes de soutien.

 

            °   Mode d'emploi

Lunettes_frontales.jpg

  Photo : Lunettes frontales.

- Fonctionnement des pages du blogue.
Si un article ou un dossier dans le menu de la colonne de gauche, vous intéresse. Vous cliquez sur le nom de ce document. Un second menu, ou le document lui-même, s'ouvrira, alors, dans la colonne droite du blogue.
Si vous rencontrez une difficulté dans le fonctionnement de ce blogue, mettez un message, par mail, au Technicien de surface. Ne l'envoyez pas aux voyageurs.

 

Blogues de Léa et Tim.

Léa et Tim écrivent leurs articles et les publient sur leurs blogues personnels.

Cliquez ici pour les découvrir.

° Blogue de Léa.

° Blogue de Tim.

 

- Articles de Anne-Claire et Marc.
En bas de cette page d'accueil ne sera publié, en permanence, que le dernier article de Anne-Claire et Marc.  Le plus récent. Pour voir l'ensemble des autres articles, dirigez-vous, dans la colonne de gauche sur "Articles récents". Puis cliquez sur "Liste complète". Vous pouvez également prendre connaissance des articles, un par un, par ordre de parution, en cliquant sur les numéros mauves ci dessous.

Bonne lecture.

Fête de retour aux Mollettes

Fête du retour, le 26 juin 2011 aux Mollettes (Savoie)

Fete-aux-Mollettes.Photo_A.Bernes.R.JPG

Photo Agnès Bernès, Le Dauphiné libéré.

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 18:56

   Du lac Titicaca à La Paz

 

Mercredi 01/09 et jeudi 02/09 : 112 kms, entre 4000 m et 3600 m.

 

Nous quittons San Pablo peut-être un peu trop vite, car au bout de 3 kms de montée, Tim s’aperçoit qu’il manque à Cassbizou sa béquille. Nous déchargeons le tandem sur fond de quelques jurons et Marc repart à sa recherche. Le vélo est si léger qu’il manque de tomber les premiers mètres et doit rechercher un nouvel équilibre, ce qui fait bien rire les enfants.

 

Pendant ce temps, nous faisons la rentrée scolaire au bord de la route.

 

2 La rentrée scolaire 1 2 La rentrée scolaire

 

Mais Marc est si rapide que les nombres de 1 à 30 n’ont pas le temps de finir de danser avec Tim, et que les unités de mille redonneront rendez-vous à Léa plus tard.

 

Lucile est malade mais elle avance vite sur son vélo et nous la retrouvons un peu plus loin. Nous quittons la vue sur le lac Titicaca et nous nous éloignons de plus en plus du berceau de l’humanité.

 

1 Le lac Titikaka 1

 

Il fait froid et après 65 kms, nous nous arrêtons à Palcoco dans un « alojamiento » pour la nuit. La femme nous propose deux chambres, donnant sur la cour, au sol en terre battue avec un et deux lits. Léa et Tim partagent la chambre avec Lucile.

 

1 Cinéma à Palcoco

 

Quand à nous, nous devons dormir en quinconce tellement le lit est étroit. Inévitablement vient le moment où l’un de nous a besoin d’aller aux toilettes et avec une évidence déconcertante, on nous répond que les toilettes sont…dans la rue. Nous sommes tous très courageux de jouer le jeu : il nous faut sortir de la cour, faire 20 mètres dans la rue, se faufiler entre deux murs, essayer de se cacher, trouver où poser les pieds, se boucher le nez tout en tenant le rouleau de papier, ne pas vaciller…sur un monticule où les poules ne vont même pas.

Quant à l’eau, elle est courante, au robinet situé au milieu de la cour.

 

1 Palcoco

 

Après une mauvaise nuit, pour les besoins du petit matin, personne n’a le goût de retourner sur ce tas et nous attendons les premiers kilomètres pour aller là où bon nous semble, dans la pampa. Quel bonheur, quelle propreté et quel confort !

 

Nous reprenons la route, motivés pour arriver à la Paz en milieu de journée. Motivés et aussi soucieux, car on nous a tenu des propos inquiétants quant à l’approche de cette ville.

 

Après des kilomètres de lignes droites, où nous roulons à vive allure, c’est sous quelques gouttes de pluie que nous atteignons les premiers aménagements urbains. Nous entrons dans un chaos, impressionnant : El Alto, la ville périphérique qui accueille la majorité de la population indienne pauvre, située à 4200 mètres d’altitude et balayées par les vents glacials de l’altiplano. On nous conseille d’aller par là, non par ici ou plutôt par là, on se trompe, on se faufile entre les véhicules, les gens, traversons le marché. On se retrouve coincés dans un bouchon, et même sur les trottoirs, c’est le blocus. Incroyable ! Alors nous attendons patiemment que la circulation se débloque. Au détour d’un édifice, une trouée dans ce chaos et dans les nuages nous laisse entrevoir….le chaudron !!!! La Paz, là, en bas !

 

La Paz 065

 

Nous sommes époustouflés, impressionnés et les cieux nous baptisent d’un grésille qui nous glace   mais le hasard nous met sur une route secondaire assez calme et peu fréquentée pour descendre dans les entrailles de cette ville.

 

La Paz 1

 

L’arrivée dans le centre historique de La Paz, situé autour de la plaza San Franscisco se fait de manière plutôt agréable hormis qu’il fait froid. Toujours sous la pluie, nous cherchons un hôtel non loin de « la casa des cyclistas », où est attendue Lucile. Les recherches sont vaines car soit il n’y a pas de place, soit c’est trop cher. Nous décidons d’aller tous les 5 à « la casa des cyclistas » et sommes chaleureusement accueillis par Christian et Louisa.

 

Chuquiago bike café 002 Chuquiago bike café 006

 

Le Chuquiago bike café est ouvert depuis plus d’un an et permet de se poser dans un lieu convivial pour manger, boire, rencontrer d’autres cyclos et non cyclos, et d’organiser ses futures expéditions. C’est aussi un cyber café. Tout y est. Nous prenons le temps de savourer la french quiche et de se réchauffer avec un bon maté, de lire nos mails.

Christian propose de nous prêter un appartement pour nous 5. A la tombée de la nuit et dans un trafic urbain important, nous nous y rendons.

 

Quartier des universités, une vieille maison coincée entre des immeubles modernes, 3 appartements, seul un est habité par Carmen, la tante de Christian.

 

Nous découvrons ce qui sera notre logis pour quelques jours. L’appartement est non meublé, hormis deux fauteuils sales, et une étagère, dans un état insalubre car les locataires précédents n’en ont pas pris soin, mais il y a la lumière et l’eau chaude dans la salle de bains, le grand luxe ! Les parquets accueillent nos couvertures de survie, matelas, duvets.

 

Nous sommes jeudi 02 septembre, arrivés à La Paz sans encombres, logés dans un appartement pour 10 bolivianos par personne… le concert peut commencer « plaza del estudiante », suivi du feu d’artifice.

 

La Paz 12

 

On pourrait croire que tout est fait pour fêter notre arrivée, et c’est sur ce rêve que nous nous endormons.

 

Séjour à La Paz

 

Du vendredi 03/09 au samedi 11/09

 

Les 3 premiers jours, repos et découverte du quartier, sous un temps tantôt pluvieux, tantôt ensoleillé.

 

La Paz 068 La Paz 005

 

Nous allons à l’Alliance Française emprunter des livres, à l’Ambassade de France pour nous déclarer. Lucile, toujours bien malade se rend chez un médecin. Tim se plaint de mal à l’oreille et nous devons consulter un généraliste puis un ORL. Rien de grave mais son état nécessite un traitement.

 

Balade jusqu’à un parc pour enfants, où nous trouvons un crocodile en liberté, et nous faisons une partie de jeu d’échecs géants.

 

La Paz 035 La Paz 052

 

Nous n’oublions pas de fêter l’anniversaire de Marc, en présence de Lucile et de Carmen, avec pour cadeau du gruyère et du roquefort trouvé dans un supermarché !

 

Anniversaire Marc 003

 

La présence de Carmen nous apporte l’aide matérielle (vaisselle, chaises). Elle nous laisse son appartement pour accéder à internet. Elle nous donne plein d’infos et ses conseils sur les visites à faire. Mais surtout, ayant vécu 15 ans en France (où vivent ses enfants et petits-enfants), elle parle très bien français. Nous aimons l’écouter nous raconter son histoire et découvrir ses passions.

 

Chez Carmen 011

 

Une après-midi, quelle n’est pas la joie de Léa et Tim de l’entendre proposer une tartine de nutella !!! Il reste dans son placard un pot rapporté de France, entamé il y a plus d’un an et dont la saveur est encore intacte ! Un régal pour petits et grands.

 

Une des filles de Carmen vit en Nouvelle Calédonie, et nous acceptons sans hésiter de lui porter une enveloppe, qui d’ici là va faire le tour de la terre avec nous. Carmen ne connaît pas la Nouvelle Calédonie et espère bien s’y rendre un jour. En attendant, nous ferons les messagers pour elle.

 

Mardi, nous partons visiter la Vallée de la lune, située en contrebas de La Paz, ce qui nous permet de voir la capitale d’en bas. Nous traversons « la Californie », quartier chic qui se situe 800 mètres plus bas que El Alto.

 

La vallée de la lune est une formation géologique qui doit son aspect lunaire à l’érosion, plusieurs fois millénaire, par le vent et la pluie.

 

Vallée de la lune 016

 

Cette promenade au milieu des cheminées de fées est réellement féerique.

 

Nous poursuivons jusqu’au zoo de La Paz pour y rencontrer quelques pumas, condors, tortues, ours, singes et autres lamas, vigognes, alpagas etc.

 

Parc zoologique 005 Parc zoologique 021 Parc zoologique 018 Parc zoologique 043 Parc zoologique 028 

 

Christian nous y rejoint et nous accompagne par la suite pour visiter la maison de son père, qu’il prête aux cyclistes de passage. Aujourd’hui, cette maison a l’allure d’un musée où sont exposées d’innombrables peintures et autres œuvres que son père peignait, dessinait, créait tous les jours.

 

Avec Christian 006

 

Nous décidons d’ailleurs d’échanger Fanlabise et Cassbizou contre un scooter sur lequel nous tenons confortablement tous les 4…

 

 

Avec Christian 013

 

....mais nos tandems se rebellent. Nous continuerons donc avec eux.

 

Mercredi, nous partons à la découverte des musées de La Paz.

 

Le musée national d’ethnographie et du folklore est installé dans le palais Villaverde. Datant du XVIII siècle, il a été déclaré Monument national en 1930. De structure coloniale, il est construit autour de deux cours, dont la principale offre une belle façade sculptée.

 

Musée ethnologique et folklorique 065

 

On se promène dans la salle des textiles, qui montre l’art du tissage lié aux différentes ethnies. On peut encore y voir un indien scotché au métier.

 

Musée ethnologique et folklorique 024

 

La salle des masques rassemble une collection magnifique que Tim prend en photos. Ils proviennent des différentes régions de Bolivie et en particulier d’Oruro où chaque année se déroule le carnaval le plus important du pays.

 

Musée ethnologique et folklorique 049 Musée ethnologique et folklorique 033 

Musée ethnologique et folklorique 037 Musée ethnologique et folklorique 048

 

La salle des céramiques montre les différentes techniques et les origines ethniques de cet art ancien et unique. A l’extérieur nous admirons les quatre cruches dont deux proviennent d’Europe.

 

Musée ethnologique et folklorique 095

 

La salle des plumes contient des plumes : incroyable n’est ce pas ?!! C’est l’art de la plume par excellence qui décore des lances, des flèches, des chapeaux, des parures et même des sous-vêtements.

 

Musée ethnologique et folklorique 076

 

Les musées Costumbrista, de l’Or, et la casa de Murillo quasiment attenants les uns aux autres sont assez complémentaires. Ils donnent une approche vivante et imagée de l’histoire et du folklore de la Bolivie.

 

Musée de l'or 003 La maison de Los Pacenos 003

 

 Après cette journée de visite, Lucile, terrassée par son problème de santé rentre avec les enfants à l’appartement ce qui nous donne quelques espaces de liberté pour arpenter La Paz, cette incroyable capitale. De jour en jour, nous nous y sentons de mieux en mieux, apprenant à la connaître et à l’aimer.

 

Place Murillo 007

 

Dominée par un des plus beaux sommets de la cordillère royale, l’Illimani, c’est une ville en pleine effervescence, qui se développe, se construit, se modernise.

 

La Paz 057

 

D’attaque pour aucun exploit sportif, Lucile nous propose de garder les enfants jeudi, le temps pour nous de descendre la route de la mort en VTT car nous voulons ménager les tandems et nous octroyer une journée d’ivresse sans exposer les enfants qui d’ailleurs ne demandent pas à nous suivre.

 

Partis de bonne heure avec une agence conseillée par Christian, nous sommes déposés par un bus à la Cumbre, à 4700 mètres d’altitude.

 

Route de la mort 1

 

Route de la mort 12 Route de la mort 13

 

Après une mise en jambe sur route asphaltée, nous dévalons à vive allure les premiers kilomètres de cette route de terre connue pour avoir été extrêmement dangereuse lorsque les camions l’empruntaient et se croisaient au risque de tomber dans le ravin. Elle était considérée comme la route la plus dangereuse au monde.

 

Route de la mort 16

 

 Route de la mort 23 Route de la mort 32

 

Nous la dévalons à vive allure, cadre à terre, frôlant la mort à chaque virage. La descente est enivrante, périlleuse. A plusieurs reprises nous nous arrêtons à quelques millimètres du précipice, la roue avant parfois dans le vide.

 

Route de la mort 28

 

Les saltos avant succèdent aux sauts périlleux arrière dans une maîtrise implacable comme lorsque nous avions vingt ans.

 

Route de la mort 34

 

Après 63 kms de pure folie, nous arrivons éreintés mais heureux à Yolosa, à 1200 mètres d’altitude, dans une chaleur écrasante qui nous contraint à une baignade salvatrice.

 

Route de la mort 42 Route de la mort 45

 

Pour le retour, nous empruntons la nouvelle route dont les derniers tronçons sont sur le point d’être asphaltés.

 

Le jour suivant, retour à la réalité avec courses, nettoyage des tandems, préparatifs pour un départ de La Paz le lendemain. Lucile, quant à elle, se décide à rentrer en France pour se faire soigner.

 

La Paz 047

 

Nos routes se séparent là alors que nous rêvions de faire encore un bout de chemin ensemble. Tout comme nous, les enfants sont tristes de ce choix mais nous comprenons sa décision qui semble être la meilleure pour elle.

 

Route de la mort 49     Chuquiago bike café 003     Route de la mort 50

Partager cet article

Repost0

commentaires

marie paule 10/10/2010 15:30



J'adore ce périple qui me permet de voyager, à ma façon !


Je regarde et le temps passe sans que je m'en aperçoive...


Je me sens très proche de vous alors que vous êtes si loin !


Impression bizarre mais très sympa.
Mille pensées tendres pour chacun de vous.
Marie



Maman Donzel 06/10/2010 09:00



Vos explications sur la ville et sur les musées de La Paz nous font presque croire que nous y sommes aussi, surtout quand un "vieil" indien est scotché devant son métier à tisser et que 2 cruches
souriantes ne craignent pas d'être brisées.


Courage aux écoliers qui ont et auront tant de choses à raconter.


Bravo pour votre périple en VTT sur la route de la mort. Il s'en est fallu de peu, heureusement que vous n'étiez pas seuls.



veronique 01/10/2010 22:47



Hello !!!


Merci encore de nous faire partager votre périple !! J'adore vos commentaires très "lyriques" et pleins d'humour !! Mais bon, quand même, le coup des 4 cruches... !! Ceci dit, c'est un super voyage pour Tim et Léa et ils sont bien courageux vos bouts d'choux, bravo à eux et à vous 4, bonne
route et à bientôt !!


 



emmanuel nguyen 28/09/2010 16:09



j'ai le souffle coupé quand je regarde vos fabuleuses journées. La descente en VTT m'a fait baver d'envie... et les visistes de LA PAZ encore plus...


J'hésite encore à prendre une billet pour vous rejoindre mais marie christine me retient par le pantalon. je pense bien fort à vous 4 et à très bientôt



isa et jean-paul 28/09/2010 09:09



ouf c'est passé chaud pour Fanlabise et Cassbizou ! entre une descente à fond les manettes de la route de la mort et la retraite à La Paz .... après tout ce qu'ils ont donné !


encore une fois merci de nous faire partager ces beaux moments, votre humour et ces belles photos. j'espère que Lucile va pouvoir récupérer au mieux ses forces et sa santé. nous sentons bien que
la séparation n'a pas du être facile pour vous tous ...


et puis bon courage pour les jours d'école à Léa et Tim, en espèrant que vous avez pas trop d'interros écrites ou orales ... on ne sait jamais avec les enseignants qu'on ne connait pas encore
trop bien ! en tous les cas, le mobilier de classe a l'air bien confortable et la pièce est bien aérée ! parfait !


ici l'automne arrive un peu en fanfare (mais pas celle de Potosi !) avec vent glacial et humidité (nous ne sommes pas à 4700 ! mais nous avions 3 degrés hier matin) et nous avons commencé les
petites flambées pour réchauffer la maison. la nature accroche tout doucement ses magnifiques couleurs ! et vous vous commencez le printemps ...


nous vous envoyons tout notre amour et plein plein de chaudoudous bien chauds !


isa, jean-paul, émilie et thom (à distance)