Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avelofodelo

  • : Avelofodelo
  • : Le voyage autour du monde d'une famille, en tandems.
  • Contact

Léa et Tim

 Enfants_2.jpg

"Sans voiture, l'aventure"
Articles de Léa et Tim
et échanges avec leurs classes.

° Blogue de Léa. Ici
° Blogue de Tim. Ici.

Archives

Articles de presse.

Fonctionnement du blogue

Communiquer avec nous.
Les pages du blogue.

Contact technicien du blogue.

 

Heure actuelle à

   °  Bangkok (Thaïlande)

  °  Les Mollettes (Savoie)

Adresse du blogue 

http://www.avelofodelo.com

 

°  Visiteurs depuis le 20 juin 2010.

    

 

Bienvenue

                 ACCUEIL-AVELOFODELO.R-jpg

 

        °  Nos étapes

Amérique latine, Nouvelle Zélande, Australie, Nouvelle Calédonie, Indonésie, Thaïlande, Suisse et France.   

 

       °   Si vous souhaitez nous soutenir                             

.  Mail.

Vous nous envoyez un message par Mail. Cliquez sur "Contact" en haut et à gauche du blogue Rubrique "Présentation". Message personnel non publié sur ce blogue.

. Commentaire.

Vous pouvez également nous dire un petit bonjour en écrivant un "Commentaire" (cliquez sur ce mot). Message public qui sera visible sur cette page du blogue, par tous les visiteurs. Page uniquement consacrée aux commentaires.

Si vous souhaitez plus spécialement réagir à la suite d'un Article, vous avez également une rubrique "Commentaires" à la fin de chaque article. Commentaire qui sera visible par les internautes à la suite de cet article.

. Newsletter.

Inscrire votre adresse Mail à la "Newsletter" (Menu à gauche) afin d'être informé(e) dès qu'un nouvel article paraît sur ce blogue. N'oubliez pas de cocher la case " Articles" lors de votre inscription, sinon vous ne recevrez pas de message vous annonçant la parution d'un nouvel article.

Merci de tous vos gestes de soutien.

 

            °   Mode d'emploi

Lunettes_frontales.jpg

  Photo : Lunettes frontales.

- Fonctionnement des pages du blogue.
Si un article ou un dossier dans le menu de la colonne de gauche, vous intéresse. Vous cliquez sur le nom de ce document. Un second menu, ou le document lui-même, s'ouvrira, alors, dans la colonne droite du blogue.
Si vous rencontrez une difficulté dans le fonctionnement de ce blogue, mettez un message, par mail, au Technicien de surface. Ne l'envoyez pas aux voyageurs.

 

Blogues de Léa et Tim.

Léa et Tim écrivent leurs articles et les publient sur leurs blogues personnels.

Cliquez ici pour les découvrir.

° Blogue de Léa.

° Blogue de Tim.

 

- Articles de Anne-Claire et Marc.
En bas de cette page d'accueil ne sera publié, en permanence, que le dernier article de Anne-Claire et Marc.  Le plus récent. Pour voir l'ensemble des autres articles, dirigez-vous, dans la colonne de gauche sur "Articles récents". Puis cliquez sur "Liste complète". Vous pouvez également prendre connaissance des articles, un par un, par ordre de parution, en cliquant sur les numéros mauves ci dessous.

Bonne lecture.

Fête de retour aux Mollettes

Fête du retour, le 26 juin 2011 aux Mollettes (Savoie)

Fete-aux-Mollettes.Photo_A.Bernes.R.JPG

Photo Agnès Bernès, Le Dauphiné libéré.

3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 11:34

Dimanche 19/06 : Martigny – Les Houches (France), 50 km.

 

Réveil à 6h30 pour nous préparer à repartir, à l’assaut du col des Montets. Vers 9h00, la pluie a cessé, les pneus sont gonflés, les mollets échauffés par les deux kilomètres de plat. Nous sommes prêts pour amorcer la grimpée des 13 kilomètres qui nous élèveront 1000 mètres plus haut.

 

Martigny montée au col de la Forclaz 4

  

La première rampe fait deux kilomètres dans les vignes et la vue sur Martigny est superbe. Le soleil perce les nuages et il nous faut poser les vestes de pluie.

 

Martigny montée au col de la Forclaz 7

 

Après le premier virage, la deuxième rampe fait 5,5 km. C’est raide, les enfants pédalent bien, tout le monde est en pleine forme. On quitte les vignes pour entrer dans la forêt. L’équipe des garçons est capable de boire tout en continuant de pédaler tandis que les filles, pour une fois, ne peuvent pas faire deux choses à la fois et préfèrent s’arrêter pour se désaltérer.

 

Martigny montée au col de la Forclaz 3

 

D’autres cyclistes nous doublent, la plupart en vélo de route mais aussi quelques randonneurs avec des sacoches et un homme avec une prothèse à la jambe droite. Nous sommes impressionnés, respect.

 

Après 10 kilomètres, une pause goûter s’impose puis nous repartons pour les 5 kilomètres restants. Les deux derniers sont vraiment durs, Léa et Tim fatiguent et les parents aussi, alors on s’accroche car la pente est toujours aussi raide.

 

A la vue du col de La Forclaz, l’équipe des garçons est en tête. Un homme leur lance un « allez, courage, plus que 200 mètres » qui arrive aux oreilles des filles. Anne-Claire est envahie d’une vague d’émotion qui l’oblige à s’arrêter : on arrive au bout de la dernière grosse difficulté, le tour du monde est en train de se boucler, tous les quatre ensemble, vaillamment !!!

 

Au col, un vent froid souffle. Nous nous habillons en toute hâte.

 

Col de la Forclaz

 

Léa a faim et estime que c’est le moment de s’arrêter pour manger. Elle a raison. Mais elle ne sait pas que nous avons rendez-vous un peu plus bas dans la vallée, à Vallorcine, avec ses grands-parents, mamie Véronique et pépé Camille et une de ses tantes, Bénédicte et Jean-Pierre, son compagnon. Nous parvenons à la convaincre de descendre un peu plus bas.

 

La descente est belle, mais avec de fortes rafales de vent, il faut s’accrocher. La vue sur le village de Trient et son glacier, sur les montagnes est magnifique. Nous basculons dans l’autre vallée. De nouveau de la montée ce qui déclenche aussitôt, chez les enfants, une levée de contestation.

 

Mais heureusement, juste un peu plus loin, à Châtelard, surgissent de derrière un bus, la famille attendue.

 

Les retrouvailles sont émouvantes, qu’il est bon de les serrer dans nos bras après une année d’absence, avec l’étrange sensation de les avoir quittés depuis peu. Le pique nique qui suit est champêtre et agréable.

 

Nous nous délestons de quelques affaires dont nous n’aurons pas besoin pour la dernière semaine.

 

Col des Montets 1

 

Pour l’ascension du col des Montets, Léa et Tim préfèrent le confort de la voiture de leurs grands-parents. Quant à Fanlabise et Cassbizou, ils sont bien heureux de s’alléger de quelques sacoches pour entrer en France.

 

Les tandems paraissent légers comme des plumes et nous nous sentons poussés vers l’avant, plutôt que tirés en arrière par le poids habituel. C’est un plaisir de pédaler ainsi pour franchir les 9 kilomètres et gagner le col où nous retrouvons la famille.

 

Col des Montets 10


Nous sommes comblés par la beauté des lieux, émus d’être aux portes du massif du mont Blanc, et du massif des Aiguilles Rouges.

 

Sur le parking, alors que nous rechargeons les tandems, un homme nous aborde, Christophe, intéressé par notre équipage. Papotage d’usage, il nous conseille pour dormir le rocher des Praz.

Nous quittons la famille et bien emmitouflés dans nos vestes, nous nous lançons dans la descente, admirant au passage l’Aiguille d’Argentière et le glacier. Ca file vite. On les sent tous là, les Drus, l’Aiguille Verte, les Grandes Jorasses, le Mont Blanc.

 

Le Mont Blanc

 

Arrivés en bas, au Praz, Christophe nous rattrape sur un parking et nous dit « j’ai un terrain pour vous, suivez-moi » et c’est parti. Par la route secondaire, nous arrivons place de l’église à Chamonix. Avant de nous conduire dans le jardin de ses beaux-parents, Christophe nous invite à boire un coup : bière pour les adultes, chocolat chaud pour les enfants, c’est savoureux. La place est belle, éclairée d’une lumière vive de fin de journée.

 

Chamonix fleurs 2 Chamonix

 

Christophe est élagueur mais aussi photographe. Aujourd’hui, il a passé la journée au col des Montets pour attendre un papillon se poser sur une fleur. Quelques photos avec les tandems sous l’œil de l’Aiguille du Midi.

 

Aiguille du Midi

 

Nos tandems attirent une jeune femme, Emilie, sac à dos, rentrée il y a deux mois d’un tour d’Europe en vélo en couple avec leur petit garçon. Elle nous invite à planter la tente devant son mazot, petit chalet savoyard, aux Houches. Nous optons pour la formule tente dans l’herbe, plus douche, plus rencontre avec des voyageurs et remercions Christophe pour son attention et ce bon moment passé en sa présence.

 

Il est 18 heures passées, la fatigue est là, mais nous trouvons les forces pour monter jusqu’au mazot d’Emilie, Yohan et leur fils de 3 ans, Suan.

 

Les Houches chez Emilie et Yohan 5 Les Houches chez Emilie et Yohan 14

 

Nous trouvons la grosse clé et commençons à monter la tente.

 

Les Houches chez Emilie et Yohan 3

 

Plus tard, serrés autour de la table pour manger un plat de pâtes, nous nous racontons nos aventures, nous écoutons leurs récits allant de l’Islande sous conditions rudes, aux Canaries où il leur a plu de vivre trois mois.

 

Les enfants sont couchés lorsque nous prenons le temps de lire les 29 emails.

 

La tente est fraîche, humide de rosée au pied du glacier des Bossons. Nous nous sentons gardés par les puissants Dôme et Pic du Goûter. La nuit est calme et nous nous glissons dans nos duvets. En face, le massif des Aiguilles Rouges est déjà endormi.

 

Lundi 20/06: Les Houches – Flumet, 46 km.

 

Emilie est partie tôt à pas de velours pour son travail d’accompagnatrice en montagne. Les coups de marteau donnés par Yohan nous tirent des duvets. Il entreprend de refaire la terrasse du mazot.

 

Les Houches chez Emilie et Yohan 6 Les Houches chez Emilie et Yohan 8

 

Nous mettons à sécher la tente et la bâche au soleil qui tape déjà dur. Un bon petit déjeuner de crêpes nous cale pour quelques heures. Il est 13 heures lorsque nous reprenons la route direction Megève. Pas question de prendre l’autoroute du fond de vallée, alors ça monte, un peu, beaucoup, à la folie jusqu’à Vaudagne. Nos jambes sont fatiguées mais le parcours est beau et avec peu de circulation. 

 

Dans la descente pour Chedde, nous trouvons de l’ombre sous un noyer pour la pause pique nique et sieste, même pour Tim et Léa ce qui fait du bien à tout le monde. 

 

Chamonix fleurs 3

 

Vers 16 heures, nous remontons sur nos tandems pour gagner le Fayet où nous sommes stoppés par des travaux et une déviation. Alors que nous sommes hésitants, une voiture s’arrête à nos côtés. Claire revient d’un tour de vélo et rentre chez elle à Flumet. La conversation s’engage et nous lui demandons si elle n’aurait pas un coin d’herbe pour notre tente ce soir. « Si, j’ai même plus, un lit pour dormir ça vous dirait ? ». Les enfants sont motivés pour trouver du confort et la chaleur d’une maison. Nous nous allégeons un peu et confions à Claire nos deux gros boudins. Léa et Tim retrouvent de la vigueur pour appuyer dans la montée et gravir la petite route qui nous évite de passer par Saint Gervais.

 

C’est ainsi qu’après d’ultimes efforts dans une montée au fort dénivelé et une halte à Megève pour quelques courses, que nous nous retrouvons en Savoie, à Flumet, chez nos hôtes de ce soir, Claire et Jean-Nicolas.

 

Flumet chez Claire et Jean-Nicolas 1

 

Deux des quatre enfants sont présents, David, 19 ans, que Tim ne lâche pas de toute la soirée et Christine, 16 ans, qui passe son Bac. Claire nous propose deux chambres et une bonne douche chaude. La soirée défile, remplie des récits d’aventure, de vélo. Leur fille, Noémie a fait la descente de la Loire en vélo et un beau livre de cette expérience.

 

Mardi 21/06 : Flumet – Doussard, 38 km.

 

Quels bons lits, quel silence et quel grand beau temps en ce jour de la fête de la musique. Le ciel est d’un bleu pur, les alpages et forets déclinent toute une palette de vert.

 

Flumet 1

 

Léa et Tim se réveillent vers 10 heures, de bonne humeur. La maison est calme. David est occupé à la construction d’un four à pain. Jean-Nicolas revient du travail pour nous saluer avant notre départ.

 

Flumet 2

 

Dans le village de Flumet, nous nous arrêtons sous le vélo géant, au pied de la route du col des Aravis et de celle pour le col des Saisies, qu’empruntent les cyclistes qui font la GTA (Grande Traversée des Alpes) ce qui replonge Marc dans son périple d’il y a deux ans. Mais bon, c’est pas tout, faut y aller.

 

Gorges de l'Arly 1 Gorges de l'Arly 3

 

La descente des gorges de l’Arly est plaisante. Nous laissons Cassbizou et Fanlabise glisser dans la pente à leur rythme, traverser les tunnels, les casquettes, reprendre leur souffle sur les ponts en admirant la rivière et les ressauts de l’eau limpide.

 Gorges de l'Arly 9

 

Ainsi, nous arrivons à Ugine. A la caisse du supermarché, Nadine est épatée par notre aventure, elle-même faisant beaucoup de vélo. Son mari part dans quelques jours faire le tour de France en vélo, pendant un mois et demi en prenant les routes au plus près des frontières. Encore un projet qui nous plairait bien.

 

Piste cyclable 1

 

Sur la piste cyclable direction Annecy, nous nous sentons totalement détendus, émus, « tout chose » d’être si près du but. Le ciel lâche quelques larmes, nous enfilons les vestes et nous sommes pris d’une envie de nous arrêter à Faverges pour aller dire bonjour à notre amie Catherine, à son travail. Quelle n’est pas sa surprise de voir débarquer dans son univers professionnel ses copains en tenue de vélo !

 

Nous repartons pour Doussard, ce sera notre destination pour ce soir. Après renseignements pris auprès d’une femme habitant le hameau d’Arnand, nous allons planter la tente au pied du massif des Bauges, à l’orée du bois, en pleine verdure, à l’abri des regards. Le temps est menaçant et nous ne reverrons pas les trois jeunes adolescents qui s’apprêtaient à camper par là, ce soir. Léa et Tim jouent aux aventuriers dans le bois lorsque éclate plus au loin le premier orage. Ils taillent des lances, saluent un orvet qui semble vouloir s’éloigner de la tente, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

 

Doussard campement 1

 

Nous sommes tous émus car c’est notre dernière nuit du tour du monde sous la tente. Elle doit le savoir aussi et nous montre un vrai signe de fatigue : Pour la première fois, la fermeture éclair lâche et il nous faut des doigts de fée pour la zipper afin qu’elle puisse tenir encore quelques heures car dehors l’orage gronde, les éclairs fendent la nuit et la pluie inonde le sol.

 

Nous nous glissons sur nos matelas. Il est 21 heures lorsque le sommeil nous gagne.

 

Plus tard dans la nuit, nous sommes dans nos duvets, les yeux grands ouverts à regarder le fond de l’obscurité. Alors que les enfants dorment d’un sommeil profond, nous avons besoin de nous parler. Nous échangeons sur notre devenir, la reprise du travail, et les prochains projets. Pas encore de retour que nous aurions déjà envie de repartir vers d’autres horizons.

 

Léa et Tim nous paraissent épanouis, heureux en famille et fiers de l’aventure que nous avons partagée. C’est grâce à eux, à leur courage, que nous avons vécu de si belles rencontres. Notre plus grand bonheur est d’avoir voyagé avec eux, pour l’ouverture que le voyage a été pour eux. Un an de voyage à leur âge, c’est énorme, c’est une longue partie de leur vie. Ils ont beaucoup appris pendant cette année et se sont transformés. Plus d’assurance et de confiance en soi, la capacité à raconter leur histoire, leur parcours. Léa est étonnante par la pertinence de ses propos. Tim est surprenant par sa présence aux autres et sa capacité à capter leur attention. Nous aurions pu parler jusqu’au bout de la nuit mais le sommeil est revenu nous emporter alors que la pluie a cessé et que le calme est revenu.

 

Mercredi 22/06 : Doussard – Annecy, 22 km.

 

Au milieu du pré voisin, quelques tintements de cloches, un tracteur, et des gouttes de pluie accompagnent notre réveil. On traîne dans les duvets... trop rares ont été les grasses matinées sous la tente.

 

Soudain une femme vêtue de bottes et d’un ciré est là, près de la tente. « Il va pleuvoir toute la journée, vous pouvez venir vous abriter chez nous si vous souhaitez ».

 

Doussard chez Sabine et Bruno

 

Nous acceptons d’aller prendre notre petit déjeuner au sec et moins d’une heure plus tard, nous sommes assis dans la cuisine de Sabine pour savourer nos tartines en sa présence, pendant que la tente et la bâche sèchent suspendues à un fil d’étendage. Bruno, son mari arrive avec leurs trois filles Louise, Jeanne et claire, qui disparaissent aussitôt de notre vue retrouver Léa et Tim déjà installés à jouer.

 

Ils nous proposent de partager leur déjeuner de midi, dans le jardin et la discussion va bon train. Les heures s’égrènent tranquillement dans cette rencontre agréable, la pluie n’est toujours pas revenue et nous en profitons pour repartir. Il est 15 heures lorsque nous quittons Doussard et nos hôtes de ce jour.

 

Lac d'Annecy

Lac d'Annecy 2

 

Nous retrouvons la piste cyclable le long du lac et nos jambes molles qui apprécient le profil plat et la courte distance à parcourir. Sur le ponton, nous prenons le temps d’un goûter que la levée du vent et l’arrivée de la pluie nous font écourter.

 

Lac d'Annecy 7

 

Nous arrivons à Annecy à l’heure de pointe…Retour aux joies de la ville encombrée et bruyante.

 

Au grand désespoir des enfants, il nous faut grimper la route du Semnoz pour aller chez Brice et Céline, que nous avions rencontrés l’an dernier au Pérou pour notre excursion sur les îles Uros, Amantani et Taquile. Ils habitent le maison forestière « La petite Jeanne », située en bord de route. Brice nous attend, Céline arrive un peu plus tard et nous sommes tout heureux de les retrouver.

 

Annecy chez Céline et Brice 4

 

La chambre d’amis nous tend les bras et nous passons une soirée chaleureuse à déguster quiche, tarte à la tomate, salade du jardin, fondant au chocolat, avant de sombrer dans les bras de Morphée.

 

Jeudi 23/06 : Annecy – Vieugy, 8 km.

 

Ce matin, nous dormions encore profondément lorsque Céline et Brice sont partis au travail. Nous laissons les enfants dormir autant qu’ils en ont besoin, car notre prochaine étape est on ne peut plus courte. Nous prenons le temps d’envoyer sur le blogue les dernières nouvelles en vue du retour de samedi et dimanche.

 

Nous quittons « la Petite Jeanne », allons faire quelques courses, ce qui nous vaut de croiser le passage d’un homme à vélo, Adrien, correspondant du Dauphiné Libéré. Il s’intéresse à notre aventure pour écrire quelques lignes dans la chronique « 24 heures en images ».

 
Allez, cinq kilomètres de montée pour gagner Vieugy, chez Marie-Paule et apercevoir sur le balcon Laurie et mamie Yvette. Quel bonheur de les revoir !!!! Et très vite, l’étrange impression de les avoir quittées il y a seulement un mois.

 

Vieugy chez Marie-Paule 19

 

Après rangement des tandems, douche, casse-croûte, nous partons tous en voiture au minigolf de l’Impérial, saluer Rémi, le patron, qui a voyagé en Nouvelle Zélande en rollers et retrouver Marie-Paule, à notre grande joie. 

  Annecy mini golf de Rémi

 

Echanges de retrouvailles, on se raconte, dans la fraîcheur du jardin ombragé, éclairé de quelques rayons de soleil délicats, pendant que Léa et Tim s’adonnent au mini golf.

 

La soirée qui suit chez Marie-Paule est délicieuse. Léa et Tim sont scotchés à leur grande sœur avec des parties de franche rigolade. C’est super de les voir heureux tous les trois ensemble.

 

Vieugy chez Marie-Paule 20

 

Vendredi 24/06 : Repos à Vieugy.

 

Nous avons l’appartement pour nous, Marie-Paule est partie au travail et nous la retrouverons ce soir. Encore une grasse matinée.

 

Après un réveil bien tranquille, nous tentons une remise au travail scolaire que nous avons délaissé depuis notre atterrissage en France. Nous avons décrété les grandes vacances pour les enfants durant ce mois de juin et reprise de l’école lundi, où ils sont attendus par leurs maîtresses et camarades.

 

Mauvais démarrage, Léa et Tim ont la tête ailleurs, comme on les comprend mais le devoir c’est le devoir. Après un séjour de quelques minutes sur le balcon et un recalage, ça va beaucoup mieux. Finalement, au bout d’une bonne heure, les additions et soustraction des nombres décimaux n’ont plus de secrets pour Léa. Tim, quant à lui, a découvert les verbes du premier groupe au passé composé et peut conjuguer :
J’ai pédalé autour du monde,
Tu as déraillé seulement une fois, Cassbizou,
Il a visité Machu Picchu,
Nous avons rencontré des personnes formidables,
Vous avez regardé notre blogue,
Ils ont voyagé en famille.

 

Ce soir, Roland un ami d’Annecy, arrive avec deux bouteilles de champagne et nous trinquons à nos retrouvailles chez Marie-Paule.

 

Vieugy chez Marie-Paule 26

 

Nous partageons nos expériences de voyage car Roland a été un oiseau voyageur avant de se poser à Annecy. Après quelques hésitations, Roland se décide à venir faire quelques kilomètres avec nous demain matin, ce qu’il nous faut prendre comme un grand honneur, car il lui faudra se lever tôt sur son jour de grasse matinée.

 

Demain, nous serons accompagnés sur la route jusqu’à Aix les Bains. Il est l’heure d’aller se coucher, les yeux encore pleins de la lumière de ces retrouvailles.

 

Samedi 25/06 : Vieugy – Aix les Bains, 38 km.

 

Nous émergeons de notre sommeil, non sans émotion. C’est l’avant dernier jour de notre Tour du monde, l’avant dernier réveil et le rituel bouclage des sacoches.

 

Vieugy chez Marie-Paule 28

 

Le temps est magnifique, le ciel bleu comme celui de l’Amérique du sud qui accompagnait chaque jour nos excursions et nous donnait chaud au cœur. Ici, au pied du Semnoz, tout est vert, la campagne est simplement belle.

 

Allez, Roland est là, nous embrassons Marie-Paule et nous roulons tranquillement quelques centaines de mètres jusqu’à l’église de Vieugy. Il est 10 heures, nous avons rendez-vous avec Corinne et Guy, que nous accueillons à bras ouverts.

 

Vieugy le départ 3

 

Même Pat et Fox sont là pour nous saluer. Et l’inconnu surprise, celui que nous n’attendions pas, qui n’en revient pas de notre groupe à vélo sur la place de son village.

 

Vieugy le départ 5

 

Il est 10h30, lorsque nous « décollons ». Un reste de fraîcheur matinale nous aide à pédaler allègrement à moins que ce ne soit la joie qui nous porte. Par mégarde, nous évitons Quintal, et tout en papotant nous arrivons à Viuz la Chiesaz, puis Gruffy où Roland nous quitte.

 

Dans la descente en surplomb du Chéran, soudain Thierry et Philippe surgissent dans notre dos à toute allure. Incroyable !!! Ca c’est des potes !!! Partis ce matin aux aurores des Mollettes, à vélo, ils ont grimpé le col du Frêne, traversé tout le massif des Bauges pour être à nos côtés dès notre passage à Quintal !!! Enfin nous nous sommes retrouvés et c’est super ainsi et nous pouvons traverser ensemble le Pont de l’Abyme.

 

Pont de l'Abyme 1

 

Une halte à la boulangerie de Cusy s’impose pour compléter le pique nique et là nouvelle surprise !!! Ce sont Cécile, Hélène et les 5 garçons qui débarquent devant nos yeux émus et heureux. Louis, Nicolas, Julien, Antoine et Rémi ont grandi, et les parents n’ont pas changé !!!

Nous faisons un petit crochet par chez Danièle, une collègue de Philippe, à Saint Offenge qui accueille notre petit groupe de 8 adultes, 7 enfants, 2 tandems, 4 vélos de route, 1 véhicule, pour un rafraîchissement.

 

Saint Offenge 1 Saint Offenge 7

 

Nous repartons pour gagner Mognard rejoindre Marie et Jean-claude qui festoient en bonne compagnie autour de deux cochons et bon nombre de victuailles. C’est leur fils Marc Antoine qui organise ce repas champêtre avec un copain, juste pour le plaisir.

 

Saint girod avec Jean-Claude et Marie 3

 

Marie est tout en émotion, accueillante au possible, Jean-Claude est en grande forme et tous deux nous accueillent tous les 15.

 

Saint girod avec Jean-Claude et Marie 32 Saint girod avec Jean-Claude et Marie 21

Saint girod avec Jean-Claude et Marie 15 Saint girod avec Jean-Claude et Marie 22

 

Les pique-niques se mélangent au méchoui, bien arrosés de breuvages rafraîchissants et un tantinet enivrants. Mais là n’est pas le but final de la journée et nous repartons pour nous laisser glisser jusqu’à Grésy sur Aix, après que Cécile et Hélène avec les enfants nous aient quittés.

 

Et là, à deux pas du Sierroz, Gisèle et Guy nous tendent un guet-apens. A notre passage, ils surgissent de derrière un bosquet. Quel bonheur de les revoir !!!

 

Grésy sur Aix 9

 

Nous faisons quelques petits essais de tandem avant de laisser nos amis Corinne, Guy, Philippe et Thierry regagner leurs pénates.

 

Grésy sur Aix

 

Guy nous fait l’honneur de nous accompagner jusqu’à chez lui à vélo, pendant que Gisèle nous rejoindra en voiture. La montée des Combaruches, tant redoutée par Guy se passe bien et nous arrivons à bon port dans le parc de leur résidence où Brigitte, rejointe par Gisèle, nous fait un accueil triomphal. Que d’émotion pour les filles !!!

 

Quentin, le fils de Guy est là aussi, en attente de trouver son prochain emploi. Un peu plus tard, ce sont Aldo et Huguette, nos amis du Jura qui arrivent avec leurs vélos et camping-car.

 

Aix les Bains chez Brigitte et Guy 8

 

La soirée est belle et chaleureuse. Nous prenons le temps d’écrire les nouvelles de la journée pour le blogue et redonner les repères pour la dernière journée de demain.

 
Le dîner est un régal. Aux côtés de Léa et Tim, nous sommes heureux de manger la tartiflette tant rêvée et attendue !!! Le clafouti aux abricots est un régal.

 

Dans la soirée, Léa et Tim jouent au ballon dans la cour avec Quentin, mais, soudain, c’est la chute : Tim se blesse au genou, au coude et sur le côté. Notre infirmière, Huguette, est sur place et prodigue les soins nécessaires. Tim se remet de ses émotions. La veille du retour, notre petit garçon se fait la plus grosse blessure du voyage, mais rien de grave.

 

Et pour clore la soirée en beauté, du balcon, nous assistons au feu d’artifice tiré du parc de verdure d’Aix les Bains. Séquence souvenirs, nos pensées nous envoient survoler les feux d’artifice de La Paz et de Sydney.

 

Nous nous couchons dans de bons lits, heureux, comblés par tout l’amour et l’amitié que nous avons reçus de notre famille et de nos amis, excités et émus à la perspective de la dernière étape de ce tour du monde qui nous attend demain.

 

Dimanche 26/06 : Aix les Bains – Les Mollettes, 40 km. Le retour !!!

 

La nuit a été excellente et comme d’habitude, Léa et Tim dorment encore profondément quand vient l’heure de les réveiller. Après un petit déjeuner copieux, nous sommes fins prêts au pied de l’immeuble, Tim avec son gros pansement, Huguette, Aldo et Quentin avec leurs vélos.

 

Aix les Bains départ

 

Une belle descente nous tend les bras jusqu’au centre ville d’Aix les Bains.

 

Aix les Bains départ 3

 

Après une photo devant le casino, et le gonflage des ballons square Clémenceau, nous rejoignons Gisèle à la sortie d’Aix.

 

 Aix les Bains départ 5

 

Notre petit groupe emprunte la nouvelle voie cyclable des bords du lac, qui va être inaugurée dans les prochains jours. Une merveille !

 

Aix les Bains départ 6

 

Et là, les surprises continuent… D’abord Odile et Bernard qui arrivent à notre rencontre, puis un peu plus loin, François surgit dans notre dos.

 

Le lac est calme, scintillant, dominé par la dent du Chat, et la pause photo sur le ponton s’impose.

 

Aix les Bains départ 8

 

Arrivés sur le site des Mottets, à Vivier du Lac, nous sommes rejoints par Annie et Laurence à vélo, puis Annie et Lionnel venus simplement nous saluer sur notre passage. Nous prenons le temps de toutes ces retrouvailles.

 

Les Mottets

 

Gisèle nous quitte pour rentrer à Aix les Bains et nous continuons jusqu’à Chambéry par la voie verte nord.

 

Sur la piste cyclable 4

 

Nous croisons de nombreux cyclistes en ce dimanche matin de début d’été, retrouvons nos repères dans la ville, notre capitale savoyarde nous ouvre ses bras.

 

Arrêtés aux feux tricolores de l’avenue du Comte Vert, nous devinons un groupe de cyclistes dans le parc du Verney.

 

Chambéry parc du Verney 2 Chambéry parc du Verney 22

 

L’émotion est à son comble lorsque nous découvrons Isabelle et Jean-Paul, Régine et Christian, Gigi et Jean-Louis avec Samy, Jean-Marie, Bruno, Hélène et Philippe avec Nicolas et Antoine, Cécile et Thierry avec Rémi, Julien et Louis, Marie et Alain avec Jean. Sur fond de « Lafibala », le festival de Chambéry du Burkinafasso, une journaliste de Radio France Bleue Pays de Savoie vient nous poser quelques questions et les enfants se prêtent au jeu avec sérieux.

 

Chambéry parc du Verney 9

 

Au moment de quitter le parc du Verney notre téléphone sonne : un appel de Nouvelle Calédonie, Corinne et Didier de Lifou appellent pour nous témoigner de toute leur présence, en ce jour de fin de tour du monde !!!! 

 

Francin 6

 

En passant à Buisson Rond, nous retrouvons Salomé et Gilles en vélo eux aussi. Et c’est parti pour les 20 kilomètres restants à parcourir jusqu’aux Mollettes. Léa et Tim pédalent parfois sur les vélos de leurs copains, Antoine et Salomé, qui montent à leur tour sur Cassbizou et Fanlabise.  

 

Myans 14

 

La sortie de Chambéry nous dégage la vue sur la campagne et nous admirons face à nous le massif des Belledonnes, comme si nous le découvrions pour la première fois.

 

Myans


A notre droite, le Granier est toujours aussi beau, surplombant les vignobles et les villages.

 

Les vignes et le Granier

 

Arrivés aux Marches, nous avons la surprise de Bénédicte et Jean-Pierre, qui nous attendent avec leur moto et un grand drapeau de notre douce France.

 

Les Marches

 

A Montmélian, nous admirons la vue sur le mont Blanc et à la sortie du pont sur l’Isère, nous saluons Angélique avec les deux enfants, Benjamin et Raphaël, stationnés sur le bord de la route.

 

Dans le dernier kilomètre, Tim qui pilote le vélo de Salomé se retourne. Le vélo heurte les sacoches de Cassbizou et c’est la chute. Heureusement, juste derrière lui le peloton qui arrive à vive allure parvient à l’éviter de justesse. Notre Tim est à terre en pleurs, son genou encore plus abîmé que la veille.

 Sainte Hélène du Lac

 

Après consolation il accepte de reprendre sa place sur Cassbizou, derrière son papa, pour assurer l’arrivée. Nous voulons ramener nos enfants entiers et en forme !

 

Il est  presque 14h00 lorsque nous franchissons le panneau « Les Mollettes ».

 

Les Mollettes arrivée

 

Pas un chat dans les rues du village, c’est l’heure de la sieste.

 

Les Mollettes mairie 5

 

Mais autre surprise devant la mairie, nous sommes attendus par Corinne et Christophe avec les trois filles Camille, Floriane et Marylou, Carine et Antoine avec les quatre enfants, Alexandre, Camille, Nathan, et Marine, la dernière née pendant notre voyage, Claire, toute émue de retrouver Marc, son partenaire de saxophone. Photo de famille devant la mairie et ses palmiers et en avant pour le dernier kilomètre.

 Les Mollettes mairie

 

Cassbizou ne manque pas de faire une dernière farce aux garçons en les faisant dérailler dans les derniers 500 mètres. Jean-Louis aide Fanlabise d’un coup de pouce et dans le virage en épingle à cheveux, c’est le choc !!!

 

Les Mollettes Le Crêt

 

A 100 mètres plus haut, devant la chapelle et le chemin qui mène à notre maison : des cris, des applaudissements, des encouragements : Laurie, Véronique, Isabelle et Jean-Paul, Bénédicte et Jean-Pierre, Brigitte, Cécile avec Rémi et Julien, Hélène, Martine et Patrick avec Tom et Lison, Fabienne et Florian, Corinne et Jean-Baptiste avec Baptiste et Gabin. 

  Les Mollettes l'Allée

 Les Mollettes l'Allée 2

 

On voudrait s’arrêter pour tous les embrasser mais nous sommes poussés de l’avant par tous les encouragements, pour arriver à l’Allée chez les parents d’Anne-Claire, 300 mètres plus loin. Camille, enfin, apparaît derrière le mur. Agnès, qui nous a suivis toute l'année pour la communication dans le "Dauphiné Libéré", est là aussi, avec Cittlali et Ennemond, ses enfants.

  

Les Mollettes l'Allée 3

 

Ca y est nous sommes arrivés au « bout du monde » que nous voulions atteindre, dans une « zone de repos » et de « réadaptation au train-train quotidien ». Quelle surprise de découvrir tous ces panneaux colorés qui jalonnent les derniers tours de roue ! Quel bonheur et quel honneur d’être entourés et accompagnés ainsi par notre famille et nos amis.

 

Les Mollettes fin du voyage

 

Chacun apprécie de poser les vélos et de trouver de l’ombre. Camille et Véronique offrent la marquisette, un apéritif bien rafraîchissant et un grand pique-nique champêtre commence, tiré des sacs de chacun.

 

Dans l’après-midi, d’autres viennent se joindre à nous, Corinne et Guy, Emilie et Orlène, Alexia et Léonard, Fabien, Jean-Jacques et Jojo, Erwan et Dorothée, puis Thi et Pierre avec Mathieu, Nicolas, Capucine et Olivier. Nous recevons les messages de Philippe et Hélène, Françoise et Xavier, Christophe et Isabelle, Christine et Jacques, Marie-Paule et Jean-Jacques. Merci, merci, merci.

 

Les Mollettes retrouvailles 30 Les Mollettes retrouvailles 32

Les Mollettes retrouvailles 43 Les Mollettes retrouvailles 36

Les Mollettes retrouvailles 35 Les Mollettes retrouvailles 37

Les Mollettes retrouvailles 39 Les Mollettes retrouvailles 40

Les Mollettes retrouvailles 42 Les Mollettes retrouvailles 44

Les Mollettes retrouvailles 46 Les Mollettes retrouvailles 70

Les Mollettes retrouvailles 71 Les Mollettes retrouvailles 73

 

Les Mollettes retrouvailles 68 Les Mollettes retrouvailles 65

Les Mollettes retrouvailles 72

 

Léa et Tim sont aux anges de ces retrouvailles avec leurs copains et cousins.

 

Marie, Alain, Régine et Christian font preuve d’un grand courage en repartant sur leurs vélos pour rentrer à Chambéry.

 

Ce soir après le départ de tous, nous nous retrouvons tous les quatre avec Laurie pour dîner chez Camille et Véronique. Le silence s’installe dans la maison. Nous allons habiter quelques semaines dans l’appartement situé à l’étage de la maison des parents d’Anne-Claire. Le temps pour Brigitte et Jean-Marie, qui occupent notre maison, de pouvoir aller s’installer dans leur nouvelle demeure.

 

Lundi 27/06: La rentrée scolaire de Léa et Tim.

 

Nous sommes attendus tous les quatre avec les tandems à l’école de Laissaud. A 9h00 sonnantes, nous arrivons et nous sommes impressionnés ! Le portail est grand ouvert, les élèves et enseignants forment une haie d’honneur pour nous souhaiter la bienvenue.

 

Laissaud retour de Léa à l'école 3

 

Nous roulons au milieu d’eux, bouleversés, émus. Fanlabise et Cassbizou avancent jusqu’au gymnase où nous pouvons les garer pour saluer tout le monde.

 

Léa retrouve toutes ses copines et ses copains, Elisabeth, sa maîtresse, les deux maîtres Théophane et Patrice, Chantal, employée pour la vie scolaire. Nous nous laissons porter par cet instant de retrouvailles où la joie est sur tous les visages.

 

 Puis nous sommes tous les quatre accueillis dans la classe des CM1.

 

Laissaud retour de Léa à l'école 12 

Léa découvre présentés par les élèves et la maîtresse, les projets réalisés dans l’année, le corridor biologique, la correspondance avec Wali et les élèves de Lifou, le conte de Tam et Léo en Océanie, qu’ils ont créé à partir du voyage de Léa et Tim, les phasmes et bien d’autres choses.

 

Laissaud retour de Léa à l'école 16

 

Après la récréation, nous retrouvons dans le gymnase les deux autres classes qui nous présentent les chants, contes, films en lien avec notre aventure. Nous sommes impressionnés par tant de créativité, touchés et comblés de voir combien le voyage de Léa et Tim a entraîné tout ce travail, a permis aux enfants la découverte des pays que nous avons traversés, et de leur culture.

 

En début d’après-midi, nous repartons tous les quatre pour gagner cette fois-ci l’école de Tim à Sainte Hélène du Lac. Nous sommes accueillis par les exclamations et cris de joie des enfants dans la cour, à la vue des tandems. Nous faisons la connaissance des maîtresses, Virginie et Marie.

 

Saint Hélène du Lac retour de Tim à l'école 2

 

Dans la classe, là aussi, les enfants présentent le conte de Tam et Léo au Pérou, chantent la chanson de « Antonino el indiecito » que nous avions aussi apprise sur nos vélos.

 

Saint Hélène du Lac retour de Tim à l'école 1

 

Le temps de récréation est apprécié de tous. Il est agrémenté de boissons et gâteaux pour l’anniversaire d’Alexandre. Tim est heureux de retrouver ses copains pour une partie de football.

 

Léa et Tim auront trois jours cette semaine pour reprendre les repères scolaires qu’ils ont quittés il y a un an, avant de débuter leurs grandes vacances d’été.

 

Quant à nous, avons-nous vraiment atterri ? Ne sommes-nous pas encore perdus quelque part dans la Cordillère des Andes ou sur l’île des Pins à batifoler parmi les poissons de la Calédonie… Nos têtes sont remplies de belles images et nos cœurs sont joyeux des merveilleuses rencontres vécues.

 

Ca y est, nous en sommes persuadés, le bonheur existe, nous l’avons rencontré.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

école de Laissaud 01/12/2014 14:17


Bonjour,


Bravo à vous pour ce beau tour du monde.


Les CM1 2014 de Laissaud

babeth duisit 04/01/2012 22:08


déjà fini, snif, on devrait garder cette habitude de nous enchanter mutuellement de nos découvertes, même dans nos voyages de proximité, ceux que nous faisosn vers les autres, ceux que nous
faisons vers nous mêmes! tiens si on se souhaitait ça pour 2012, se faire part de temps en temps de nos rêves, de nos enchantements, de quelques merveilles au coeur du quotidien, et partager un
ptit repas, la découverte d'un lieu, des instants de bonheur à inventer...je vous embrasse tous les 4


babeth

Emmanuel Iatrino 04/01/2012 10:05


Bonjour,


On ne se connait pas mais Les tremblay nous on parlé de vous. Merci de nous avoir fait réver. Bonne année 2012 et bonne "réadaptation". Pour nous ce sera en juillet 2012 décolage pour Australie
& NZ 6 mois sur les selles.


Merci


La famille iatrino

Gisèle ROUX 03/01/2012 22:20


Je n'ai qu'un mot à dire "MERCI" de nous avoir fait vivre ces merveilleux moments, partager vos découvertes, et voyager via votre blog.... l'aventure se termine, et d'autres sans doute se
préparent déjà dans vos rêves... Je suis heureuse de vous avoir retrouvé "en chair et en os" et je vous embrasse tous les 4 très très fort ! Gisèle